Les cornes des scarabées sont des cousins des ailes des insectes, selon une nouvelle étude sino-américaine.

Mathieu Perreault Mathieu Perreault
La Presse

« Beaucoup d’espèces de scarabées ont des cornes de formes et de tailles énormément différentes », expliquent par voie de communiqué les auteurs de l’étude publiée dans la revue Science la semaine dernière. « Elles sont souvent utilisées par les mâles pour combattre des rivaux dans des joutes nuptiales, ce qui donne aux cornes des scarabées un rôle important dans la sélection naturelle. Mais l’origine de ces cornes au niveau de l’évolution était jusqu’à maintenant inconnue. »

Pour illustrer leur propos, les biologistes, dirigés depuis l’Université de l’Indiana, ont dévoilé une vidéo inédite d’un combat de scarabée bousier (onthophagus taurus). Ils précisent par contre que ce combat implique des cornes frontales, alors que leur étude génétique porte plutôt sur des cornes thoraciques, aussi utilisées lors de combats.

Ils ont aussi étudié la génétique d’un autre scarabée bousier, onthophagus binodis, ainsi que d’une troisième espèce de scarabée, onthophagus sagittarius.

Les biologistes chinois et américains ont découvert que les cornes de ces trois espèces de scarabées constituent une forme atrophiée d’ailes se trouvant dans deux autres segments de la cage thoracique de ces coléoptères. Ils ont aussi vérifié que les gènes des ailes des insectes doivent être présents pour que ces scarabées aient des cornes. Les scarabées à qui on enlevait ces gènes n’avaient pas de cornes.

Un commentaire aussi publié dans Science énumère les formes diverses qu’ont pris les ailes dans d’autres espèces cousines, « un exemple remarquable d’un trait sexuel secondaire » : les crêtes chez les punaise Arilus cristatus, les antennes chez les sauterelles, les heaumes des suceurs de sèces, et les cornes doubles, triples et même quadruples des scarabées.