Quelques milligrammes de toute l’actualité scientifique de la semaine.

Mathieu Perreault Mathieu Perreault
La Presse

Des exoplanètes similaires à la Terre

Certaines des exoplanètes rocheuses de taille comparable à la Terre ont un intérieur similaire, selon une nouvelle étude américaine. Les astrophysiciens du MIT et de l’Université de Californie à Los Angeles ont réussi à analyser la « fugacité de l’oxygène » de ce type d’exoplanète en orbite autour de « naines blanches », un type d’étoiles. Les exoplanètes en orbite autour des naines blanches envoient vers leur étoile une partie de leur matière, ce qui permet d’analyser leur composition. Ces résultats, publiés dans la revue Science cette semaine, sont importants pour déterminer si des exoplanètes potentiellement habitables le sont réellement.

Quiz science

Quel effet auront les changements climatiques sur une espèce de tortue de mer, la couane ?

PHOTO FOURNIE PAR LE CNRS

Une couane

R : Dans la plupart de ses habitats, vers la fin du XXIe siècle, l’espèce n’engendrera plus que des femelles. C’est du moins la conclusion de ‎biologistes du CNRS qui ont étudié le taux de succès de l’incubation de cette tortue tropicale dans sept sites, ainsi que l’adaptation aux changements de température. Le sexe des bébés dépend de la température d’incubation : plus il fait chaud, plus la proportion de femelles est élevée. Les tortues réagissent à l’augmentation de la température de la mer en pondant plus tôt dans la saison, mais ce changement n’est pas assez rapide, écrivent les chercheurs français dans la revue Ecological Indicators cette semaine.

100 fois

Cent fois plus vite : c’est la vitesse de dégradation du polystyrène par le soleil, par rapport aux prévisions antérieures, selon une nouvelle étude américaine. Au lieu de se transformer en dioxyde de carbone (CO2) en plusieurs dizaines de millénaires, le polystyrène se désagrège en billes en quelques dizaines d’années, puis en CO2 en quelques siècles, affirment cette semaine dans Environmental Science & Technology Letters des biologistes de l’Institut océanographique Woods Hole, au Massachusetts. Leurs résultats sont valides pour des latitudes allant jusqu’à 50 degrés, soit le sud du Canada.

PHOTO FOURNIE PAR ALTASEA

Polystyrène sur une plage de Los Angeles

La piqûre de la fourmi de feu

Des biologistes du département américain de l’Agriculture (USDA) ont identifié dix composés qui donnent aux fourmis de feu originaires d’Amérique du Sud la brûlure parfois mortelle de sa piqûre. Il s’agit d’alcaloïdes pyridines, qui étaient jusqu’à maintenant cachés par d’autres alcaloïdes dans les tests. Les chercheurs, qui publient leurs résultats dans Chemical & Engineering News, avancent qu’il devrait être possible de trouver un antidote grâce à cette découverte.

PHOTO TIRÉE DE WIKIMEDIA COMMONS

Fourmi de feu

Lapins et Néandertal

L’homme de Néandertal chassait le lapin de garenne de façon intensive pour sa fourrure et la moelle de ses os voilà 70 000 ans, selon une nouvelle étude du CNRS. Dans la revue Quaternary Science Reviews de cette semaine, les paléontologues décrivent comment la plupart des 225 squelettes de lapins découverts sur le site de Pié Lombard, près de Nice, portent des marques caractéristiques de cette « industrie » cynégétique préhistorique.

PHOTO MAXIME PELLETIER, FOURNIE PAR LE CNRS

Des ossements de lapins portant des marques caractéristiques du traitement de la fourrure et du prélèvement de la moelle, retrouvés sur le site Néandertal de Pié Lombard.