Il suffit de peu pour qu’un merle bleu mâle se trompe d’oisillons. Si des petits d’une autre espèce d’oiseaux se trouvent dans un endroit où il a déjà fait son nid, et qu’il passe non loin de là, il est capable d’oublier sa famille.

Mathieu Perreault Mathieu Perreault
La Presse

Le phénomène, connu de manière anecdotique, a été vérifié de manière expérimentale par des biologistes de l’Université d’État de Pennsylvanie, Penn State.

« Durant notre recherche sur la pollution sonore industrielle, nous avons observé par hasard un merle bleu de l’est mâle nourrissant les oisillons d’une autre espèce, l’hirondelle bicolore », explique Julian Avery, de Penn State, qui est l’auteur de l’étude publiée cette semaine dans le Wilson Journal of Ornithology, par voie de communiqué. « Cela montre que la pulsion de s’occuper de petits est puissante et peut mener le merle bleu à s’occuper de ceux d’une autre espèce. Dans ce cas précis, le merle bleu avait niché dans cette boîte expérimentale et en avait été chassé quelques semaines auparavant par des hirondelles bicolores. Au même moment où il nourrissait des petites hirondelles bicolores, ses propres oisillons étaient nourris par leur mère à un mètre de distance. »

L’étude portait sur l’exploitation gazière du shale de Marcellus sur la reproduction et le comportement des oiseaux des forêts. Les chercheurs ont placé 80 boîtes propices à la nidation de ces oiseaux. Chaque boîte était placée à un mètre d’une autre paire, et ces paires de boîtes étaient placées à 100 mètres d’une autre paire de boîtes. La moitié des 40 paires de boîtes étaient soumises à des bruits de compresseur. L’intérieur des boîtes était filmé durant la nidation, après l’éclosion et avant que les oisillons ne deviennent adultes.

Dans la paire 34, un couple de merles bleus avait fait son nid dans la boîte 34B. Après une première couvée, des hirondelles bicolores les ont chassées vers la boîte 34A, où les merles bleus ont eu une seconde portée.

Un beau jour en revenant d’aller chercher de la nourriture, le merle bleu de la boîte 34A s’est trompé et a nourri les trois oisillons de la boîte 34B, celle des hirondelles bicolores. « Il a nourri les petits de l’hirondelle bicolore 29 fois en trois heures, écrit M. Avery. Il s’est même perché à l’entrée de la boîte à côté de l’hirondelle bicolore femelle. On pourrait penser qu’à ce point le merle bleu se serait rendu compte de sa méprise. Mais non, il s’est même mis à nettoyer les excréments des petites hirondelles bicolores. »