(Washington) Un satellite de la NASA en orbite autour de la Lune est passé au-dessus du site où aurait dû se poser la sonde indienne Vikram le 7 septembre dernier, mais il ne l’a pas vue.

Agence France-Presse

L’agence spatiale américaine a publié jeudi des photographies, prises le 17 septembre par son satellite Lunar Reconnaissance Orbiter, de plaines situées à environ 600 km du pôle Sud, où Vikram aurait dû alunir.

« Jusqu’à présent, l’équipe n’a pas pu localiser ou photographier l’alunisseur », explique la NASA.

Mais comme le satellite est passé à l’aube, une partie du terrain survolé était dans l’ombre. « Il est possible que l’atterrisseur Vikram se cache dans une ombre ».

Le satellite repassera en octobre et la lumière sera meilleure, dit la NASA.

L’Inde avait lancé la mission Chandrayaan-2 le 22 juillet. La sonde principale ou orbiteur, qui reste en orbite à ce jour autour de la Lune, a lâché l’atterrisseur Vikram quelques jours avant l’alunissage prévu, mais à la fin de la descente, alors qu’il était descendu à une altitude de 2 km, le contact a été perdu. À un kilomètre du point d’alunissage, Vikram filait à une vitesse horizontale de 48 mètres par seconde, et une vitesse verticale de 60 mètres par seconde, selon l’organisation américaine The Planetary Society.

Le 10 septembre, l’agence spatiale indienne (Isro) a annoncé que Vikram avait été « localisé » par l’orbiteur Chandrayaan-2, mais sans communication. L’Inde dit tenter de rétablir le contact depuis.

Mais la NASA, dans son communiqué, écrit que « Vikram a subi un atterrissage dur », ce qui dans le jargon spatial signifie un écrasement.

L’Inde aurait été le quatrième pays, après la Russie, les États-Unis et la Chine, à alunir une sonde. Israël a également échoué en avril.