Des ingénieurs biomédicaux américains ont mis au point un robot qui cligne des yeux.

Mathieu Perreault Mathieu Perreault
La Presse


Il s’agit en fait d’un œil robotique dont la seule fonction est de cligner. Il est fait avec des cellules humaines.

« Malgré des avancées dans notre compréhension des barrières tissulaires des yeux, il est difficile de les reproduire », expliquent les chercheurs de l’Université de Pennsylvanie, qui publiaient leurs résultats début août dans la revue Nature Medicine. « Cette plateforme pourrait remplacer les modèles animaux pour la découverte de les tests de nouveaux médicaments.  Les organes humains ont des structures multicellulaires complexes qui servent de barrière à l’environnement extérieure et maintiennent stables les conditions dans l’organe. Le clignement des yeux est l’une des manifestations de cette barrière. »


Les ingénieurs de Philadelphie ont utilisé des cellules de la cornée et de la conjonctive, deux parties des yeux, dans une interface air-liquide reproduisant la surface de l’œil. Le tout était ensuite cultivé pour former un substrat où injecter des fluides ressemblant aux larmes et une paupière artificielle constituée d’un hydrogel, qui imitait le clignement des yeux.


Ce robot biologique en 3D a permis de modéliser avec succès une maladie appelée sécheresse évaporative des yeux et de tester les effets d’un médicament expérimental.


La prochaine étape de l’équipe de Philadelphie est de reproduire les vaisseaux sanguins, les cellules immunitaires et les nerfs des yeux.