Des chercheurs étudiant l’alligator ont proposé une nouvelle explication pour deux mystérieux orifices se trouvant au sommet de la tête des tyrannosaures. Il s’agirait de trous d’aération pour refroidir le cerveau du dinosaure quand il faisait trop chaud.

Mathieu Perreault Mathieu Perreault
La Presse

« La chaleur du corps d’un alligator dépend de son environnement », explique Kent Vliet, zoologiste à l’Université de Floride et coauteur de l’étude publiée début septembre dans la revue Anatomical Record, dans un communiqué. 

« Sur une caméra thermique, nous avons constaté que lors qu’il faisait plus frais et que les alligators veulent se réchauffer, les deux trous au sommet de leur crâne deviennent plus lumineux, donc plus chauds. Plus tard dans la journée, quand il fait chaud, les trous sont noirs sur la caméra thermique, donc plus froids. Ça confirme l’hypothèse que les alligators ont un système circulatoire thermique, un thermostat interne. »

Les chercheurs avancent que les trous similaires au sommet du crâne des tyrannosaures ont aussi une fonction thermique, plutôt que d’être une attache pour des muscles de la mâchoire.

« Il serait bizarre qu’un muscle de la mâchoire fasse un virage à 90 degrés et aille s’ancrer au sommet du crâne », indique dans le communiqué l’auteur principal de l’étude, Casey Holliday de l’Université du Missouri. « Notre étude montre plutôt que cela devait une zone du crâne très vascularisée faisant partie d’un système de régulation thermique, comme avec les alligators. »

Le tyrannosaure a vécu entre 68 et 66 millions d’années. Il mesurait plus de 13 mètres, ce qui en fait l’un des plus grands carnivores de l’histoire. Une cinquantaine de fossiles de tyrannosaures ont été retrouvés.