Quelques milligrammes de toute l’actualité scientifique de la semaine

Mathieu Perreault Mathieu Perreault
La Presse

Audrey-Maude Vézina
La Presse

La potion magique de l’intelligence

Des biologistes allemands ont observé pour la première fois la consommation d’aliments riches en iode chez des primates non humains. L’iode est essentiel au développement du cerveau et des capacités cognitives et a joué un rôle crucial dans l’apparition de l’intelligence chez l’ancêtre de l’homme, avancent dans la revue BMC Zoology début juillet les chercheurs de l’Institut Max Planck d’anthropologie évolutive, à Leipzig. Les bonobos du Congo qu’ils ont observés mangent, comme d’autres singes, des algues de marais. Ces algues ont une teneur élevée en iode qu’on ne soupçonnait pas jusque-là.

Quiz

Comment ce scarabée africain qui pousse des boules d’excréments d’éléphants retrouve-t-il son nid ?

PHOTO CHRIS COLLINGRIDGE

Un Scarabaeus lamarcki poussant une boule d’excréments d’éléphant

Il s’oriente grâce au vent et non au soleil, ont découvert des biologistes allemands. Fin juin dans la revue Proceedings of the National Academy of Sciences, les chercheurs de l’Université de Wurtzbourg exposent cette capacité d’orientation insoupçonnée du Scarabaeus lamarcki, qui pond dans les boules d’excréments d’éléphants apportés dans ses nids souterrains.

2x

La fréquence des épisodes de mortalité massive de poissons dans les lacs tempérés devrait doubler d’ici 30 ans, selon une nouvelle étude américaine. Les biologistes de l’Université du Wisconsin ont analysé 600 événements de ce genre depuis 2000 au Wisconsin et déterminé qu’ils étaient dus à une canicule ayant trop réchauffé la surface des lacs. Les épisodes de mortalité massive dans les lacs de cette latitude, semblables à ceux du Québec, seront quatre fois plus fréquents d’ici la fin du siècle, selon l’étude publiée début juillet dans la revue Nature Climate Change.

PHOTO FOURNIE PAR L’UNIVERSITÉ DU WISCONSIN

La fréquence des épisodes de mortalité massive de poissons dans les lacs tempérés devrait doubler d’ici 30 ans et quadrupler d’ici la fin du siècle, selon une étude.

Les dinosaures et les lichens

Les dinosaures sont disparus voilà 66 millions d’années quand un immense astéroïde a frappé le Yucatán, suscitant peut-être des éruptions volcaniques interminables en Inde par contagion sismique. Mais les lichens, composés de champignons et d’algues, ont prospéré après cette extinction massive, selon des paléontologues taïwanais. Fin juin dans la revue Scientific Reports, les chercheurs de l’Academia sinica de Taipei avancent que les lichens ont si bien prospéré qu’ils ont jusqu’à un certain point pris le relais des plantes pour ce qui est de la photosynthèse.

PHOTO JEN-PAN HUANG

La chercheuse Jen-Pan Huang sur un rocher recouvert de lichens à Taiwan

Le CO2 et la santé

Le CO2 émis notamment par les voitures et responsable du réchauffement de la planète pourrait être dommageable pour la santé des citadins d’ici la fin du siècle, selon une étude américaine publiée début juillet dans la revue Nature Sustainability. Les biologistes de l’Université du Wisconsin ont rassemblé 12 études sur l’effet du CO2 sur les animaux, dont une impliquant aussi des humains, et ont découvert que les effets négatifs, surtout d’ordre cognitif mais peut-être également cardiovasculaire, commencent dès 1000 ppm (une concentration de 1/10 000e de 1 %). Le niveau de CO2 atmosphérique a augmenté de 280 à 410 ppm depuis la révolution industrielle, mais peut atteindre 1000 ppm dans les petits endroits mal ventilés, par exemple une salle de réunion bondée. Les chercheurs pensent que dans les villes densément peuplées, ce niveau pourrait être atteint à l’extérieur des édifices en 2100.

PHOTO TIRÉE DE WIKIMEDIA COMMONS

Le trafic de Los Angeles