(Montréal) Des chercheurs canadiens ont identifié un nouveau type de cellules qui semblent aider à réparer les dommages au cœur des souris après une crise cardiaque.

La Presse canadienne

Ces cellules existent aussi chez l’humain.

Le chirurgien Paul Fedak et ses collègues de l’Université de Calgary ont identifié ces cellules à l’intérieur d’un « sac » de fluide qui entoure le cœur.

Ce fluide est habituellement jeté lors d’une intervention chirurgicale. Mais lorsqu’on l’a laissé intact pour les souris chez qui on avait provoqué une crise cardiaque, les petites bêtes ont semblé se rétablir plus rapidement que les autres.

Le docteur Fedak a prévenu qu’il reste encore beaucoup de travail à faire avant de déterminer s’il y a un potentiel thérapeutique chez les humains.

Ces cellules avaient tout d’abord été repérées par le docteur Paul Kubes, lui aussi de l’Université de Calgary, autour du foie et des intestins, en 2016. Le docteur Fedak et lui se sont alors demandé si elles n’existeraient pas aussi près du cœur et des poumons.

Leur rôle exact lors d’une crise cardiaque reste encore à éclaircir.

L’étude a été financée par la Fondation des maladies du cœur et de l’AVC du Canada, les Instituts de recherche en santé du Canada, le Programme des chaires de recherche du Canada et les National Institutes of Health des États-Unis. Les conclusions sont publiées par le journal médical Immunity.