(Montréal) Trois cas de brûlure à la rétine et trois autres cas de brûlure à la cornée ont été confirmés à la suite de l’éclipse solaire totale du mois d’avril, selon l’Association des médecins ophtalmologistes du Québec (AMOQ). Heureusement, on peut en conclure qu’aucune personne n’est devenue aveugle à la suite de ce phénomène naturel spectaculaire.

Les trois cas de brûlure à la rétine de l’œil ont conservé « une bonne vision », a fait savoir la docteure Cynthia Qian, porte-parole de l’AMOQ et médecin ophtalmologiste spécialiste en rétine au CHU Sainte-Justine et à l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont. Ils ont des scores proches de la normalité lors des tests de vision. Cependant, des examens plus poussés montrent « le passage du rayon du soleil sur la rétine ».

« Comment cette trace physique va évoluer dans les six mois à un an qui suivent, c’est vraiment le temps qui va nous le dire », a indiqué Dre Qian.

Elle a précisé que ces cas ne sont pas arrivés à un point de cécité. Les cas très sévères sont assez rares. Pour mener à une cécité grave, il faut un regard soutenu vers l’éclipse sans protection adéquate.

En tout, l’association a recensé 18  consultations dans des cliniques liées à l’éclipse. La moyenne d’âge de ces patients était de 38 ans, ce qui inclut des enfants, et les symptômes les plus fréquents étaient une douleur ou un inconfort dans les yeux et une vision floue.

Dre Qian a affirmé que l’association n’avait pas un chiffre précis en tête de cas anticipés.

Elle a souligné que lors du passage de la grande éclipse solaire aux États-Unis en 2017, près de 100 personnes dispersées dans plusieurs États ont subi des dommages aux yeux.

Compte tenu des données américaines, « c’est quand même un petit chiffre », estime Dre Qian. Elle a fait valoir qu’une bonne proportion des Québécois ont eu des changements réversibles dans leur vision. « C’est quand même encourageant […], mais c’est sûr qu’il y a quand même des gens qui ont eu des symptômes avec beaucoup de douleurs ou qui ont eu des changements au niveau rétinien qui vont laisser une trace physiquement permanente », précise-t-elle.

Pour certains cas rapportés, le problème est déjà résolu. « Ceux qui ont eu des problèmes de la surface de l’œil ou des problèmes de brûlure de la cornée reliée avec l’éclipse solaire, ce sont des choses qui se guérissent », explique la spécialiste en rétine.

Parmi les 18 patients, 40 % ont reconnu qu’ils n’avaient pas porté de lunettes certifiées pour observer le phénomène. Une donnée particulièrement évocatrice en matière de prévention pour Dre Qian.

Des patients ont admis qu’ils n’avaient pas porté de lunette parce qu’ils ne savaient pas que cela était nécessaire pour leur sécurité ou parce qu’elles n’étaient plus disponibles. « On voit donc qu’il y a quand même eu des gens qui ont échappé aux informations. […] Je pense que ça dit que les efforts publics aident, mais que si jamais un tel évènement revenait, il faut à nouveau reprendre le message. »

La prochaine éclipse solaire totale visible du Canada aura lieu le 22 août 2044. Elle sera totale dans une portion de l’ouest canadien et partielle au Québec.

Selon les données de l’AMOQ, il y aurait également trois autres cas soupçonnés de brûlure de la cornée, mais qui n’ont pas été confirmés.

L’association a recueilli ses données en faisant un sondage auprès des 350 ophtalmologistes du Québec. Une vingtaine d’entre eux ont confirmé avoir eu des cas se rapportant à l’éclipse en répondant volontairement au sondage entre le 9 et le 24 avril.

Par la suite, un tri a été fait par un autre ophtalmologiste pour seconder que les cas étaient bel et bien reliés à l’éclipse. C’est la première fois que l’AMOQ demande à ses membres d’appuyer avec des preuves les cas qu’ils rapportent dans un sondage.

L’association prévient que les données peuvent avoir été sous-estimées, mais elle croit que ce nombre infime de cas prouve le succès de la campagne de sensibilisation déployée en vue de l’éclipse du 8 avril.

Selon elle, ces efforts ont « permis de réduire les dommages oculaires chez la population ».

Le contenu en santé de La Presse Canadienne obtient du financement grâce à un partenariat avec l’Association médicale canadienne. La Presse Canadienne est l’unique responsable des choix éditoriaux.