(Montréal) Un groupe de médecins québécois offre une formation de soins médicaux de survie pour des Ukrainiens aux prises avec l’invasion russe.

Publié le 6 mars
Virginie Ann La Presse Canadienne

L’Université McGill a indiqué que le Centre de simulation et d’apprentissage interactif Steinberg a crée du contenu multimédia pour répondre aux besoins urgents en matière de soins de santé en Ukraine.

Un communiqué de presse indique que le chirurgien traumatologue, le Dr Dan Deckelbaum, le directeur des compétences chirurgicales et procédurales au Centre Steinberg, a enregistré une série de tutoriels vidéo avec des collègues après avoir été contacté par des médecins en Ukraine qui doivent soigner des milliers de patients souffrant de blessures graves.

« Ce genre d’environnement hostile s’abat sur les épaules d’un nombre important de travailleurs de la santé, explique le Dr Deckelbaum en entrevue à La Presse Canadienne. Ces vidéos peuvent jouer un rôle important pour s’assurer que les procédures sont suivies au mieux des capacités de chacun. »

L’école affirme que les vidéos ont été filmées dans une salle d’opération simulée et traduites de l’anglais vers l’ukrainien. Ces 10 vidéos et ces 10 conférences, dont la durée varie de trois à vingt minutes, enseignent des techniques de survie de base et des procédures d’urgence qui peuvent être effectuées par des personnes qui n’ont pas d’expérience en chirurgie. Les procédures comprennent l’insertion d’un drain thoracique et la gestion des voies respiratoires.

« Si on est un cardiologue ou un dermatologue, on est un très bon médecin, mais on ne sait pas comment soigner une blessure parce que ce n’est pas son champ d’expertise, dit le Dr Deckelbaum. Nous avons créé ces vidéos avec le Centre de simulation pour montrer comment réaliser ces procédures en médecine d’urgence pour soigner des traumatismes. »

Le Dr Gerald Fried, directeur du Centre Steinberg, affirme que les équipes ont pu fournir le matériel de formation en moins de 24 heures.

La Dre Junko Tokuno, une chirurgienne thoracique qui a contribué à la production de ces vidéos, a travaillé au cours des six derniers mois à élaborer de la formation visuelle pour les étudiants en médecine de McGill. Selon elle, l’expérience l’a aidée à rassembler rapidement un contenu lorsque la demande a été présentée.

« Dans ces situations où plusieurs patients sont en danger, les médecins n’ont pas le temps de se référer à un livre, souligne-t-elle. Les vidéos montrent comment les procédures doivent être exactement réalisées, avec une aide visuelle et auditive. »

La Dre Tokuno dit que ces vidéos sont faciles à diffuser partout en Ukraine, pour autant que l’électricité et l’internet soient disponibles.

« Il y a un nombre important de blessures tous les jours, dit-elle. Les ressources sont limitées, le nombre de médecins ayant l’expérience de soigner des patients sévèrement blessés est limité. Il faut des médecins qui savent sauver des vies. »