Le Collège des médecins du Québec a émis une alerte, mercredi, afin de mettre en garde ses membres contre une jeune femme qui se serait fait passer pour une médecin alors qu’elle ne détient aucune formation médicale pertinente.

Ariane Lacoursière
Ariane Lacoursière La Presse

Annie Ung serait « parvenue à confondre du personnel médical en milieu hospitalier et en clinique », indique le Collège des médecins dans sa mise en garde envoyée à ses membres. La jeune femme « se dit résidente en médecine généraliste dans un hôpital de la région de Montréal [et] directrice adjointe et responsable dans des cliniques médicales », mentionne le Collège.

Annie Ung aurait effectué à deux reprises des stages dans des cliniques médicales. Elle se serait aussi présentée « en milieu hospitalier avec un uniforme médical, soit un sarrau blanc et un stéthoscope » et aurait « réalisé des consultations », selon le Collège des médecins. Elle n’aurait toutefois jamais prodigué de soins directs aux patients.

L’ordre professionnel mentionne qu’une poursuite pour exercice illégal de la médecine a été déposée contre Mme Ung. Neuf constats d’infraction en lien avec le Code des professions ont été déposés contre la jeune femme. Celle-ci aurait notamment utilisé le titre de médecin lors d’une consultation à l’hôpital Maisonneuve-Rosemont, à Montréal, en décembre 2019. Elle aurait également utilisé le titre de médecin lors d’une consultation téléphonique dans une clinique montréalaise le 15 juillet 2020 et lors d’un stage d’observation dans une clinique de Laval le 27 juillet 2020.

Sur sa page Facebook, Annie Ung dit travailler à l’hôpital Maisonneuve-Rosemont depuis février 2008. Elle pose sur deux photos avec un stéthoscope autour du cou. Sur sa page LinkedIn, elle dit travailler dans deux cliniques et dit avoir fait sa résidence à l’hôpital Maisonneuve-Rosemont.

Au CIUSSS de l’Est-de-l’Île-de-Montréal, on confirme que la jeune femme ne pratique pas à l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont et que des signalements ont été faits auprès de Facebook et de LinkedIn en lien avec ces affirmations. Le porte-parole, Christian Merciari, ajoute qu’une dénonciation a été faite auprès du Collège des médecins du Québec « après que la dame ait tenté de s’inscrire à un stage dans notre établissement ».