La pandémie a confirmé au gouvernement que la solution au vieillissement de la population « passe par le soutien à domicile », affirme le ministre de la Santé, Christian Dubé, qui annonce que 750 millions de dollars sur cinq ans seront investis dans ce secteur.

Ariane Lacoursière
Ariane Lacoursière La Presse

La population vieillit à vitesse grand V au Québec. Les aînés, qui représentaient 15 % de la population en 2018, représenteront 26 % de la population en 2030.

La ministre responsable des Aînés, Marguerite Blais, indique que « 96 % de nos aînés sont soit à domicile ou en RPA [résidences pour aînés] » dans la province. Selon M. Dubé, il faut « offrir des services qui répondent à leurs besoins, à leurs valeurs et à leurs choix de vie ».

Selon le ministre, son gouvernement avait déjà décidé d’investir dans les soins à domicile, et la portion du budget québécois consacré à ces services est passée « de 28 % à 35 % » depuis 2018. Et M. Dubé souhaite faire passer cette proportion à 50 % pour « avoir le plus possible des gens à la maison ».

Pour la ministre Blais, la pandémie « a confirmé que c’était la chose à faire, car les besoins sont immenses et ne feront que s’accroître avec le vieillissement de la population qui se poursuit ».

Doubler les budgets

Mme Blais rappelle que le gouvernement s’était engagé en début de mandat à verser 800 millions supplémentaires pour les soins à domicile. Elle affirme que son gouvernement a déjà investi 1,27 milliard supplémentaire et vise 1,8 milliard d’ici la fin de son mandat.

Le financement annoncé lundi découle du dernier budget présenté par Québec. Selon M. Dubé, cette annonce est « un début ».

Actuellement, 12 000 personnes attendent d’obtenir un premier service de soins à domicile au Québec. Et 400 000 personnes reçoivent ces services, soit 40 000 de plus qu’en 2018. La population de personnes de 65 ans et plus va augmenter de plus de 578 000 d’ici 2028.

« Les services de soins à domicile permettront de prévenir des hospitalisations », dit Mme Blais.

Questionnée pour savoir s’il y aura suffisamment de personnes dans le réseau pour offrir tous ces soins à domicile, Mme Blais se dit optimiste. Elle souligne que le premier ministre a engagé 10 000 préposés aux bénéficiaires en CHSLD dans la dernière année. Elle est donc sûre que du personnel sera trouvé pour les soins à domicile.