(Québec) La classe politique québécoise a lancé un appel au calme, mercredi, en réaction aux gestes de racisme et d’intolérance qui se multiplient en marge de la crise du coronavirus.

La Presse canadienne

Le premier ministre François Legault a rappelé que « les personnes d’origine asiatique ne sont pas plus à risque que les autres personnes » et qu’il n’y a « aucune inquiétude à y avoir envers les communautés asiatiques ». Un suivi est aussi fait auprès de ceux qui ont visité les régions de la Chine où le virus prolifère, a-t-il dit.

M. Legault a ajouté que « ça fait partie de notre responsabilité commune d’expliquer aux Québécois qu’il n’y a pas de risques à avoir, il n’y a pas plus de risques avec les personnes asiatiques qu’avec les autres personnes ».

Le chef intérimaire du Parti québécois, Pascal Bérubé, a déclaré que de tels gestes sont « inacceptables. […] Ça veut dire que ça existe, cette peur et cette ignorance, et il faut la combattre par l’éducation. » Il a aussi demandé à la population de « se fier aux informations des autorités compétentes sur cet enjeu-là ».

M. Bérubé a ensuite exigé du ministre des Affaires étrangères Philippe-François Champagne « qu’il ramène le monde au Québec » et de la ministre de la Santé Danielle McCann qu’elle « soit en mesure de nous assurer que tous nos centres hospitaliers, tout notre réseau de santé, est capable d’agir s’il fallait que ça touche le Québec ».

Enfin, le co-porte-parole de Québec solidaire, Gabriel Nadeau-Dubois, a estimé que « la responsabilité de la classe politique, c’est de rappeler qu’il faut écouter les experts de santé publique, et ce que les experts de santé publique nous disent, c’est que pour le moment il n’y a pas de grave danger au Québec, il n’y a aucune raison de paniquer ».

La situation actuelle démontre selon lui que « les préjugés racistes sont des choses qui peuvent revenir à certains moments, quand il y a des crises. […] C’est la démonstration qu’il faut continuer à se battre pour l’égalité et contre les préjugés. »

Pour sa part, la députée indépendante de Marie-Victorin, Catherine Fournier, a présenté une motion qui a ensuite été adoptée à l’unanimité par l’Assemblée nationale. La motion réclame que « l’Assemblée nationale demande à l’ensemble de ses élus, ainsi qu’aux partis politiques et à leurs représentants, d’exercer une grande vigilance quant aux propos exprimés sur les pages de leurs différents réseaux sociaux en y retirant les commentaires haineux pouvant s’y retrouver et en les rapportant aux autorités compétentes lorsque la situation le nécessite ».

Le Service de police de l’agglomération de Longueuil et quelques conseils scolaires de la Rive-Sud de Montréal ont récemment envoyé aux parents une lettre les mettant en garde contre le racisme et l’intimidation alimentés par la désinformation au sujet du coronavirus.