(Montréal) Québec annonce 5,4 millions pour l’amélioration des immobilisations de deux grands établissements voués à la santé mentale : l’Institut Pinel et l’Hôpital Douglas, dans la région de Montréal.

Lia Lévesque
La Presse canadienne

La ministre de la Santé et des Services sociaux, Danielle McCann, a précisé jeudi que dans le cas de l’Institut national de psychiatrie légale Philippe-Pinel, une première somme de 2 millions servira à l’étape préliminaire pour monter le dossier en vue d’une modernisation majeure de l’institut, dans les prochaines années.

Une deuxième somme, de 1,38 million, servira à ajouter 30 à 40 bureaux clinico-administratifs à proximité des unités de soins, en attendant le projet de modernisation majeure de l’Institut Pinel.

« On est tellement à l’étroit qu’il faut vraiment avoir une mesure transitoire pour aider le personnel, pour les patients aussi, bien entendu. C’est pour agrandir certains espaces dans les unités de soins où on est trop à l’étroit, jusqu’à ce qu’on arrive à la fin de ce projet de construction », a justifié la ministre McCann.

L’idée est également d’accroître la sécurité du personnel et des patients, puisque des agressions ont déjà eu lieu dans le passé.

Pour ce qui est de l’Institut universitaire en santé mentale Douglas, une somme de 2 millions est également prévue pour l’étape préliminaire du projet de renouvellement des infrastructures, puisque celles-ci sont qualifiées de vétustes.

Ces deux établissements accueillent des patients de tout le Québec. Environ 50 % de la clientèle de l’Institut national de psychiatrie légale Philippe-Pinel vient de l’extérieur de Montréal et de 25 à 30 % dans le cas de l’Institut universitaire en santé mentale Douglas, a-t-on précisé.