(Montréal) L’entente de principe conclue avec la FIQ va carrément « changer la face » du réseau de la santé pour les prochaines années, estime la présidente du Conseil du trésor, Sonia LeBel.

Lia Lévesque
La Presse Canadienne

La ministre a ainsi qualifié, mercredi en point de presse, la deuxième entente de principe qui a été conclue mardi entre le gouvernement du Québec et la Fédération interprofessionnelle de la santé, qui représente 76 000 infirmières, infirmières auxiliaires et autres professionnelles en soins.

La première entente de principe, conclue le 23 novembre, avait été rejetée par les déléguées de la FIQ quelques heures après. La seconde entente a été entérinée dans une proportion de 82 % mardi.

« Je suis complètement et intimement convaincue, ce matin, qu’on a réussi à mettre sur la table une entente qui va changer la face du réseau de la santé pour les prochaines années à venir, tant pour le bénéfice du réseau de la santé que pour le bénéficie des infirmières », a lancé la ministre LeBel.

Les gains

Point majeur pour alléger la surcharge de travail : l’entente de principe prévoit notamment l’ajout de l’équivalent de 1500 postes à temps complet, a précisé la ministre LeBel — ce qu’on appelle dans le milieu des ETC.

Dans son bulletin à ses membres, la FIQ précise l’ajout de 1000 ETC dans les CHSLD (Centres d’hébergement et de soins de longue durée) et de 500 ETC en priorité dans les centres d’activités en médecine-chirurgie.

Autre point majeur : l’entente inclut également « des cibles de diminution des ratios » infirmière-patients dans les CHSLD, afin de dispenser de meilleurs soins et de rendre ce travail plus intéressant, a souligné pour sa part la FIQ.

De même, le gouvernement va émettre une directive visant à réduire le recours aux agences privées de placement d’infirmières, a noté la ministre LeBel.

Aussi, une lettre d’entente a été convenue, avec l’objectif de diminuer les heures supplémentaires.

L’entente de principe prévoit également le rehaussement de primes, a relevé la FIQ.

« On a mis les sommes nécessaires », a conclu la ministre LeBel, fière d’avoir conclu cette entente tant attendue.

Mardi soir, la présidente de la FIQ, Nancy Bédard, avait elle aussi présenté cette entente comme un point tournant dans l’organisation du réseau de la santé.

« Les gains obtenus sont majeurs pour les professionnelles en soins car ils viendront changer profondément la culture néfaste des dernières années, qui a largement contribué à la dégradation des conditions de travail », avait-elle conclu.

L’entente de principe, qui a reçu l’aval des déléguées, doit maintenant être présentée aux membres de la FIQ lors d’assemblées générales.