Constatant durant la pandémie une énorme baisse des consultations médicales allant jusqu’à 80 % par moments, le chef du Département régional de médecine générale de Montréal (DRMG) a un message pour les Québécois : consulter est sécuritaire et allez-y avant que votre problème ne s’aggrave.

Stéphanie Marin
La Presse canadienne

Le Dr François Loubert a tenu une conférence de presse jeudi matin à Montréal pour inciter les patients à aller consulter leurs médecins.

Il ne faut pas attendre qu’une condition médicale se détériore, a insisté le Dr Loubert. « Si on ne consulte pas, il y a de grands risques. »

Il a vu des otites chez des enfants qui se sont aggravées alors qu’elles auraient pu être traitées, et des problèmes cardiaques qui n’ont pas été soignés.

Au pire de la pandémie, les consultations avaient diminué de 80 % dans la région de Montréal. Si ce creux est derrière nous, dit-il, il y a encore actuellement de 30 % à 40 % de rendez-vous médicaux de moins que d’habitude.

Les consultations médicales sont sécuritaires, pour les patients et pour le personnel soignant, a-t-il expliqué : les lieux sont désinfectés, l’équipement de protection personnel est disponible, et puis, « les médecins ont l’habitude ».

Et si un examen physique n’est pas requis, des consultations au téléphone ou par visioconférence sont maintenant possibles, a ajouté le Dr Loubert.

À certains endroits, un triage sera fait lors de la prise de rendez-vous, pour offrir la meilleure option au patient.

Cela évite aux gens de se retrouver dans des salles d’attente bondées, dit le docteur.

Il y a près de 300 cliniques médicales à Montréal, dont 29 CLSC.

« Retarder votre consultation peut avoir des conséquences graves », dit-il.