Le tabagisme serait en déclin chez les hommes pour la première fois de l’histoire, indique un nouveau rapport de l’Organisation mondiale de la Santé dévoilé jeudi à Genève.

La Presse canadienne

Ces progrès démontreraient qu’une intervention gouvernementale est en mesure de protéger les communautés des méfaits du tabac, de sauver des vies et d’éviter les problèmes de santé liés au tabagisme, ajoute l’agence onusienne de la santé dans un communiqué.

Le nombre mondial de fumeurs est passé de 1,397 milliard en 2000 à 1,337 milliard en 2018, soit un recul d’environ 60 millions de fumeurs, selon les données de l’OMS. Ce déclin serait toutefois essentiellement attribuable à une réduction du nombre de fumeuses, qui aurait glissé de 346 millions en 2000 à 244 millions en 2018.

Pendant cette même période, le nombre d’hommes qui fument a augmenté d’environ 40 millions, passant de 1,050 milliard à 1,093 milliard. Les hommes représentaient alors 82 % de tous les fumeurs de la planète.

Le nouveau rapport indique toutefois que le nombre d’hommes qui fument a cessé de croître. Il devrait y avoir deux millions d’hommes qui fument de moins en 2020 (soit 1,091 milliard) et cinq millions de moins en 2025 (soit 1,087 milliard).

D’ici un an, l’OMS prédit qu’il y aura dix millions moins de fumeurs, hommes et femmes, comparativement à 2018, et 27 millions de moins d’ici 2025, pour un total de 1,299 milliard. Environ 60 % des pays de la planète ont été le théâtre d’un déclin du tabagisme depuis 2010.

La communauté internationale recherche un recul de 30 % du tabagisme d’ici 2025. En vertu des progrès actuels, ce sera plutôt une amélioration de 23 % qui aura été atteinte à ce moment. Seulement 32 pays devraient atteindre la cible de 30 %, dont 15 en Amérique ; cela en fait la plus efficace des six régions de l’OMS.

Il devrait y avoir 32 millions de fumeuses de moins en 2025. La plupart des gains sont réalisés dans les pays à revenus faibles ou moyens. L’Europe est la région où les progrès les plus lents sont réalisés à ce chapitre.

Le rapport révèle enfin que 43 millions d’enfants âgés de 13 à 15 ans fumaient en 2018, soit 14 millions de filles et 29 millions de garçons.

Le tabagisme fait plus de huit millions de morts chaque jour. Plus de sept millions de ces décès sont attribuables à une utilisation directe du tabac, et 1,2 million à la fumée secondaire. La plupart des décès attribuables au tabagisme sont recensés dans les pays à revenus faibles ou moyens.