Une infirmière du Centre hospitalier de l’Université de Montréal (CHUM) a été suspendue la semaine dernière après avoir publié sur Twitter une photo de l’intervention chirurgicale subie par un patient.

Ariane Lacoursière Ariane Lacoursière
La Presse

L’infirmière en question a plus précisément publié une photo de quelques doigts tranchés du patient, accompagnée de la mention suivante : « On fait quoi ? #viedebloc ». L’employée a révélé plus loin que le patient s’était coupé les doigts en utilisant un banc de scie.

Certains utilisateurs de Twitter ont manifesté leur dégoût devant la photo très crue et ont remis en question, du point de vue de l’éthique, le fait de la publier sur les médias sociaux. D’autres se sont questionnés sur la présence d’un cellulaire au bloc opératoire, un endroit supposément stérile.

Sur Twitter, l’employée a dit comprendre les réticences de certains. Mais elle a assuré que la confidentialité du patient était préservée et que la stérilité de la zone opératoire n’était pas compromise. Elle a aussi dit vouloir publier cette photo par fierté. « C’est ma vie. C’est mon travail. J’adore ce que je fais et j’en “mange” comme on dit. Ça va arriver encore que je poste des photos, dites choquantes. Tu regardes… ou pas. La confidentialité ne sera jamais affectée », a écrit l’employée. La photo a depuis été retirée et le compte de l’infirmière n’était plus accessible, lundi.

Balises pour les médias sociaux

Au courant de la situation, le CHUM a dit juger la situation « inacceptable ». La politique interne de l’établissement prévoit qu’un intervenant ne peut prendre en photo un patient afin d’en faire un usage personnel, explique la porte-parole de l’établissement, Lucie Dufresne. Celle-ci précise que l’employée fautive a été suspendue, le temps qu’une enquête soit menée.

Mme Dufresne ajoute qu’une tolérance existe sur la présence de téléphones cellulaires au bloc opératoire, entre autres parce que ceux-ci ont remplacé la fameuse « pagette de docteurs » dans plusieurs cas. 

Mme Dufresne précise toutefois que les cellulaires ne sont pas tolérés dans le champ opératoire, soit la zone totalement stérile où se déroule l’opération.

Guy Brochu, président du syndicat des professionnels en soins du CHUM, n’a pas pu commenter ce cas en particulier. « Mais c’est la première fois que j’entends parler d’une situation du genre », dit-il.

Règles déontologiques

L’arrivée des réseaux sociaux a amené les ordres professionnels à en baliser l’utilisation au cours des dernières années au Québec.

À l’Ordre des infirmières et des infirmiers du Québec (OIIQ), on précise que « l’utilisation des réseaux sociaux doit toujours se faire dans le respect des obligations déontologiques, notamment pour préserver le secret quant aux renseignements de nature confidentielle ».

L’article 36 du code de déontologie des infirmières prévoit qu’elles doivent « s’abstenir de tenir ou de participer à des conversations indiscrètes, incluant dans les réseaux sociaux, au sujet d’un client et des services qui lui sont rendus ». « L’Ordre ne collige pas le nombre d’infirmières ayant reçu des sanctions ou des avertissements à ce sujet », affirme la porte-parole de l’OIIQ, Karina Sieres.

Au Collège des médecins, un groupe de travail en éthique clinique a publié dès 2012 le guide « Les médecins et les médias sociaux ». Cette publication se voulait en partie une réaction à la diffusion sur Facebook par un étudiant d’une intervention chirurgicale qu’il avait filmée dans un cours. Pour le Collège des médecins, « il est apparu clair qu’un travail de sensibilisation s’imposait ».

« On ne devrait jamais publier de renseignements personnels ni d’images sans le consentement des personnes concernées », concluait notamment le groupe de travail.

En 2015, le Collège des médecins a ajouté la notion des médias sociaux dans l’article 20 de son code de déontologie. L’article prévoit que « le médecin, aux fins de préserver le secret professionnel, doit s’abstenir de tenir ou de participer, incluant dans des réseaux sociaux, à des conversations indiscrètes au sujet d’un patient ou des services qui lui sont rendus ou de révéler qu’une personne a fait appel à ses services ».

Selon le Bureau du syndic du Collège des médecins, les médecins respectent très bien en général ces directives. Aucun médecin n’a fait l’objet d’une plainte disciplinaire en lien avec ce sujet (diffusion d’une photo d’un patient sur les réseaux sociaux sans son consentement), affirme la porte-parole du Collège des médecins, Leslie Labranche.

— Avec la collaboration de Patrick Lagacé, La Presse