(Montréal) La ministre québécoise de la Santé, Danielle McCann, envisage de resserrer la réglementation autour des produits de vapotage.

La Presse canadienne

Une porte-parole de la ministre a indiqué vendredi que Mme McCann surveille étroitement la situation, après qu’un troisième cas de maladie pulmonaire grave liée au vapotage eut été confirmé dans la province.

Ce plus récent cas a été rapporté dans la région de l’Outaouais, a rapporté Noémie Vanheuverzwijn, une responsable des relations de presse du ministère québécois de la Santé.

À l’instar des deux autres cas rapportés à Montréal, la personne a développé une maladie pulmonaire grave après avoir consommé un produit légal contenant de la nicotine, a précisé Mme Vanheuverzwijn. L’agence fédérale Santé Canada en a été notifiée.

Le lien avec le vapotage est établi par processus d’élimination, car des patients présentant des problèmes respiratoires et pulmonaires sont admis dans des hôpitaux tous les jours. « Quand les médecins voient que ce n’est pas une bactérie, un virus, ou quelque chose du genre, ça peut être lié à un vapotage », a exposé Mme Vanheuverzwijn en entrevue.

Le bureau de la ministre McCann a annoncé qu’un protocole est en préparation pour permettre de signaler les cas de maladie pulmonaire liée au vapotage.

En date de jeudi, les autorités fédérales faisaient état de cinq autres cas probables à travers le pays, soit deux au Nouveau-Brunswick et trois en Colombie-Britannique, en plus des trois cas confirmés au Québec.

Les autorités sanitaires américaines commencent pour leur part à pointer du doigt un composé chimique appelé acétate de vitamine E. Depuis le mois de mars dernier, plus de 2000 vapoteurs américains sont tombés malades, en bonne partie des adolescents et de jeunes adultes. Au moins 40 d’entre eux ont succombé à ces problèmes de santé.