(Québec) Les médecins spécialistes et le gouvernement Legault ont convenu d’une entente de principe, vendredi, jour de la date butoir imposée en début de semaine par le président du Conseil du Trésor, Christian Dubé. C’est la présidente de la Fédération des médecins spécialistes du Québec (FMSQ), Diane Francoeur, qui en a fait l’annonce lors d’une allocution devant 1000 collègues à Québec.

Martin Croteau Martin Croteau
La Presse

« On a fait ce qu’on devait faire, a-t-elle déclaré. Nous sommes allés plus loin que nos obligations. On a prévenu des dérapages, on a voulu éviter la crise parce qu’on n’en veut plus de ces chicanes. »

« Le temps est enfin venu de tourner la page, a-t-elle ajouté. Fini, le dénigrement des médecins spécialistes. »

Les deux parties ont finalisé l’entente vendredi lors d’une rencontre au sommet entre Mme Francoeur et M. Dubé. Ni la FMSQ, ni le gouvernement n’ont accepté d’en dévoiler les termes, se disant liés par une entente de confidentialité.

Ce n’est que dans « deux à trois semaines » que le public pourra prendre connaissance de l’entente, a indiqué Mme Francoeur. Les textes ne sont pas encore finalisés et la FMSQ doit ensuite consulter ses membres.

PHOTO CATHERINE LEFEBVRE, ARCHIVES LA PRESSE

La présidente de la Fédération des médecins spécialistes du Québec, Diane Francoeur.

Elle a cependant indiqué que ses membres ont offert des « concessions », sans préciser à quelle hauteur. Les sommes qui seront économisées par l’État serviront à financer un « institut de la pertinence » qui veillera à éviter les dédoublements d’actes médicaux tout en réduisant les délais pour les patients.

« Les sommes que nous allons mettre dans l’entente vont être utilisées surtout pour travailler dans la pertinence des soins – le bon patient, au bon moment, par le bon professionnel de la santé », a-t-elle dit.

Promesses

En campagne électorale, François Legault a promis de renégocier l’entente conclue sous le gouvernement Couillard avec la FMSQ. Il a promis une baisse de 80 000 $ par année la rémunération d’un spécialiste, ce qui permettrait à l’État d’économiser 1 milliard.

Mais au cours des dernières semaines, il est devenu de plus en plus clair que les économies pour l’État seront moins importantes.

Les spécialistes ont offert dans un premier temps de réduire leur enveloppe de rémunération de 250 millions, puis ils ont bonifié cette offre de 50 %.

Ces sommes ont été jugées insuffisantes par le gouvernement Legault. La Presse a rapporté jeudi que Québec serait satisfait d’une entente qui lui permettrait de récupérer « autour de 500 millions ».

En début de semaine, Christian Dubé a lancé un ultimatum et laissé entendre qu’il déposerait une loi spéciale si une « perspective d’entente » n’était pas envisageable à la fin de la semaine. L’entente de principe est survenue le jour même de la date butoir.