Un premier patient a développé une maladie respiratoire grave liée au vapotage au Québec, a appris La Presse. Très peu de détails ont filtré sur ce cas jusqu’à maintenant. Le directeur national de la santé publique du Québec, le Dr Horacio Arruda, abordera le sujet ce matin lors d’une conférence de presse qui se tiendra à Montréal.

Ariane Lacoursière Ariane Lacoursière
La Presse

Tommy Chouinard Tommy Chouinard
La Presse

Mercredi dernier, un premier cas canadien de maladie liée au vapotage a été annoncé par les autorités de santé publique de London en Ontario.

Le jeune malade, qui s’est retrouvé sous respirateur aux soins intensifs après avoir développé une maladie pulmonaire, fumait la cigarette électronique.

Des cas ayant fait les manchettes dernièrement, notamment aux États-Unis, ont soulevé des préoccupations importantes à Québec. La ministre de la Santé, Danielle McCann, n’écarte pas l’idée de resserrer la réglementation sur le vapotage.

12 morts aux États-Unis

Au cours des derniers mois, plus de 800 cas de personnes ayant développé des maladies respiratoires graves en lien avec le vapotage ont été recensés aux États-Unis. Hier, les autorités américaines ont annoncé que le nombre total de morts liées au vapotage était passé de sept à douze.

Les autorités américaines de la santé publique sont sur le qui-vive. Mardi, l’État du Massachusetts a décidé d’interdire complètement la vente de cigarettes électroniques sur son territoire pour une période de quatre mois. Peu avant, l’État de New York et le Michigan avait quant à eux interdit la vente de produits de vapotage aromatisés. Le 11 septembre, le président Donald Trump a lui aussi manifesté son intention d’interdire prochainement la vente de cigarettes électroniques aromatisées.

Mise en garde de Québec

Jusqu’à maintenant, aucun décès lié au vapotage n’a été enregistré au Québec. Le 10 septembre dernier, le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) a publié un avis afin de « mettre en garde la population, et plus spécialement les utilisateurs de produits de vapotage, au sujet du risque de développer une maladie pulmonaire sévère et de décès possiblement associé à l’usage de cigarettes électroniques ». Dans cet avis, on invitait les utilisateurs de vapoteuses à « surveiller l’apparition récente de symptômes inhabituels de toux, d’essoufflement ou de douleur thoracique ».

Le MSSS disait aussi surveiller « de près l’évolution de la situation et travaille[r] à établir un processus de signalement des cas de maladie pulmonaire sévère potentiellement liés au vapotage qui pourraient survenir au Québec ».