L’époque où il n’était pas rare de voir des patients déambuler les fesses à moitié dénudées dans leur jaquette d’hôpital pourrait être révolue. Une nouvelle jaquette plus longue s’attachant à l’avant avec des boutons pression et promettant de préserver la dignité des patients sera testée sous peu à Montréal.

Ariane Lacoursière Ariane Lacoursière
La Presse

Dès demain, 1200 de ces jaquettes seront mises en circulation chaque jour dans huit établissements de santé de la métropole faisant affaire avec la Buanderie centrale de Montréal. L’objectif : voir si cette nouvelle jaquette répondra plus adéquatement aux besoins des patients que leur modèle actuel, qui s’attache à l’arrière à l’aide de cordons.

«Je pense que ça va toucher pas mal de monde», affirme le directeur général de la Buanderie centrale de Montréal (BCM), Raymond Morel, qui distribue chaque jour 20  000 jaquettes dans les établissements de santé de la ville.

La Buanderie centrale de Montréal est un organisme sans but lucratif qui lave la lingerie de plusieurs établissements de santé à Montréal, dont le Centre hospitalier de l’Université de Montréal (CHUM), le Centre universitaire de santé McGill (CUSM) et l’hôpital Maisonneuve-Rosemont. «On travaille constamment à revoir nos pratiques et nos produits. Et on a commencé à se pencher sur les jaquettes il y a quatre ans», explique M. Morel.

Respecter la dignité

BCM

Les nouvelles jaquettes seront plus écologiques et permettront aux établissements d’économiser en frais de lavage.

Les récriminations envers les anciennes jaquettes d’hôpital sont nombreuses affirme M. Morel. «Les principaux problèmes concernent le confort et la dignité des patients», dit-il.

La nouvelle jaquette de BCM est plus longue et s’adapte à la morphologie des patients. «Elle peut faire aussi bien à une femme de taille “petite” qu’à un homme de taille XXXL», affirme M. Morel. Le tissu utilisé permettra une meilleure évacuation de l’humidité. Le modèle permettra également aux patients alités de l’enfiler facilement à l’envers.

Au cours des dernières années, différents groupes ont tenté d’offrir de nouveaux modèles de jaquettes d’hôpital «Mais à ma connaissance, c’est la première qui s’attachera à l’avant», affirme M. Morel.

La jaquette qui sera testée dans les prochains mois par BCM a une durée de vie de plus de 100 lavages alors que les jaquettes traditionnelles doivent quant à elles être recyclées après 30 à 40 lavages, souligne M. Morel.

Selon lui, les nouvelles jaquettes seront plus écologiques et permettront aux établissements d’économiser en frais de lavage. Car actuellement, plusieurs patients doivent enfiler deux jaquettes, l’une par-devant et l’une par derrière, pour s’assurer d’être bien couverts. Les centaines de jaquettes qui doivent être jetées annuellement, car les cordons emmêlés sont coupés, seront aussi chose du passé.

Déjà, 300 échantillons de la nouvelle jaquette ont été testés l’an dernier. Les nouveaux tests se dérouleront au cours des quatre prochains mois dans des hôpitaux, mais aussi dans des CHSLD et des hôpitaux psychiatriques. M. Morel prévoit que des ajustements devront encore être apportés au produit, qui doit entraver le moins possible les gestes des travailleurs de la santé. «On vise une version finale pour 2020», dit-il.