Les taux de survie aux cancers du poumon et du côlon au Canada comptent parmi les plus élevés des pays à revenu élevé, démontre une nouvelle recherche internationale.

La Presse canadienne

Le Canada tire toutefois de l’arrière au chapitre de la survie aux cancers du rectum et de l’oesophage.

Les données publiées cette semaine par le journal médical The Lancet Oncology étudient la survie à sept types de cancers au Canada, en Australie, au Danemark, en Irlande, en Nouvelle-Zélande, en Norvège et au Royaume-Uni.

L’étude a été réalisée par l’International Cancer Benchmarking Partnership, qui rassemble des experts de toute la planète. Elle regroupe des données provenant de 3,9 millions de patients atteints de sept types de cancers : de l’oesophage, de l’estomac, du côlon, du rectum, du pancréas, du poumon et des ovaires.

Ces cancers ont été diagnostiqués entre 1995 et 2014, et le suivi a été effectué jusqu’au 31 décembre 2015.

Les chercheurs précisent que les taux de survie continuent à s’améliorer dans les pays à revenu élevé, notamment en raison de meilleurs traitements et de diagnostics plus rapides, mais que certains écarts persistent.

Concernant le cancer du poumon, la principale cause de décès par cancer au Canada, les statistiques colligées entre 2010 et 2014 montrent que le taux de survie à cinq ans au Canada arrivait en première place, à 22 %. C’est au Royaume-Uni qu’il était le plus faible, à 15 %.

Le Canada prend le deuxième rang concernant le taux de survie au cancer du côlon, à 67 %, derrière l’Australie, où le taux de survie est de 71 %.

En revanche, le taux de survie canadien au cancer de l’oesophage compte parmi les plus faibles, à 16 %, comparativement à 23,5 % en Australie.

Le taux de survie au cancer du rectum au Canada est de 67 %, contre 71 % en Australie — où on note des taux de survie à cinq ans systématiquement plus élevés qu’ailleurs.

Les taux de survie à un an et à cinq ans ont augmenté dans chaque pays pour presque tous les types de cancer entre 2010 et 2014, mais les taux de survie à un an les plus élevés pour la plupart des cancers survenaient en Australie, devant le Canada et la Norvège.

Les taux de survie à un an les plus faibles touchent l’estomac, le côlon, le rectum et le poumon au Royaume-Uni ; l’oesophage au Canada ; le pancréas en Nouvelle-Zélande ; et les ovaires en Irlande.