(Saguenay) Les quelque 1000 syndiqués de dix résidences privées pour personnes âgées ont mis dimanche leur menace à exécution en déclenchant une grève. Les travailleurs réclament de meilleures conditions de travail, dont un taux horaire de 15 dollars.

La Presse canadienne

Neuf établissements seront touchés par une grève de sept jours, soit jusqu’au 20 juillet, et un autre établissement sera affecté par un arrêt de travail de trois jours.

Ces résidences privées sont situées à Québec, à Gatineau, à Saint-Jean-sur-Richelieu, à Montréal, à Laval, à Saint-Lambert, à Saguenay et à Lévis.

Le Syndicat québécois des employées et employés de service, affilié à la FTQ, avait annoncé l’obtention du mandat de grève le 27 juin en espérant mettre de la pression sur les différents employeurs afin d’accélérer les négociations.

« C’est notre deuxième coup de semonce. On a déjà fait une première grève de trois jours pour vérifier la bonne foi des employeurs dans la négociation, malheureusement ça n’a rien donné », a déploré la présidente du syndicat Sylvie Nelson, en entrevue à La Presse canadienne.

Le SQEES-FTQ détient également un mandat de grève illimité pour l’automne, si aucun progrès n’est observé.

« Ce qu’on veut, c’est que les négociations aboutissent, que les gens soient payés décemment, affirme Mme Nelson. On ne veut pas être dehors, on veut être en dedans pour donner des services aux bénéficiaires, mais c’est un ultimatum. »

La présidente du syndicat soutient que tous les autres moyens de pression tentés n’ont rien donné. « Il faut faire comprendre aux employeurs qu’on est sérieux et qu’il est temps de payer adéquatement les travailleuses et travailleurs de résidences privées », insiste-t-elle.

Selon Mme Nelson, le salaire moyen des employés de résidences privées s’élève à environ 13,50 $. Ce qui vaut autant pour les préposés aux bénéficiaires que pour les employés des cuisines ou de l’entretien.

« Je pense qu’il est temps que les employeurs reconnaissent tout le travail que ces gens-là font pour les personnes âgées », souligne-t-elle.

Lors de l’annonce du mandat de grève, à la fin juin, 11 résidences privées pour aînés étaient concernées. Le syndicat a cependant suspendu la grève prévue à la Résidence Aviva de Québec puisqu’une offre vient d’être déposée par la conciliatrice au dossier.

Dans le cas des autres établissements, Sylvie Nelson espère que les employeurs voudront revenir à la table de négociation et qu’ils « vont comprendre que donner un salaire décent n’est pas juste une dépense, mais aussi un investissement ».

Elle souligne par ailleurs que le milieu vit une importante pénurie de personnel.

Les résidences privées en grève du 14 au 20 juillet

• Appartements du Château de Bordeaux (Chartwell), Québec

• CHSLD Herron, Montréal

• L’Oasis Saint-Jean (cuisine, Chartwell), Saint-Jean-sur-Richelieu

• Résidence Élogia (Maurice), Montréal

• Domaine Notre-Dame (Chartwell), Gatineau

• Domaine des Forges, Laval

• Résidence urbaine pour aînés Le Boulevard, Montréal

• Les Écluses, Saint-Lambert

• Manoir Champlain, Saguenay

Résidence privée en grève les 18, 19 et 20 juillet

• Jazz Lévis (Cogir), Lévis