Québec a donné le feu vert, hier, à l'inscription du projet de modernisation de l'Hôpital général de Montréal (HGM) au Plan québécois des infrastructures (PQI) et son étude. Le coût global est évalué à un maximum de 300 millions de dollars.

Publié le 27 juill. 2018
Marissa Groguhé LA PRESSE

Son inscription au PQI rend le projet « irréversible », a affirmé le ministre de la Santé et des Services sociaux, Gaétan Barrette, lors de l'annonce hier dans les locaux de l'hôpital fondé en 1819. Ainsi s'amorcent donc les études requises et la production de son dossier d'opportunité, pour lesquels un montant de 2 millions sera investi. Il s'agit « d'un premier pas significatif vers la mise à niveau de tout l'hôpital », a signifié M. Barrette.

Un montant de 300 millions est pour l'instant prévu pour la réalisation du projet d'agrandissement, somme qui sera réévaluée lors de la première phase de l'étude. Dans ces investissement, 30 millions seront versés par la Fondation de l'Hôpital général de Montréal.

Le projet vise à rendre les espaces de travail plus fonctionnels et modernes, alors que le vieil hôpital ne convient plus aux besoins de la population.

« Les chirurgiens et urgentologues couvrent les urgences 24 heures sur 24, 365 jours par année, dans un environnement qui est malheureusement à l'heure actuelle mal adapté aux besoins de nos patients », a constaté Pierre Gfeller, président-directeur général du Centre universitaire de santé McGill (CUSM), lors de la conférence de presse. Les équipes médicales doivent relever plusieurs défis attribuables à la vétusté des lieux, et la « mise à jour » de l'établissement est devenue une nécessité, a-t-il également déclaré.

« Il est aussi nécessaire de maintenir les installations à la fine pointe afin d'offrir un lieu d'enseignement de haut calibre et de pouvoir recruter et former les meilleurs talents », a ajouté Andrew Molson, qui siège au conseil d'administration de la Fondation.

DES TRAVAUX D'AU MOINS QUATRE ANS

La priorité du projet sera de moderniser le bloc opératoire, l'unité de retraitement des dispositifs médicaux (stérilisation) et l'urgence. À la suite des études préliminaires, d'autres secteurs d'activité pourront être désignés pour bénéficier des améliorations. « Une toute nouvelle aile sera construite, à l'intérieur d'un espace presque complètement fermé », entre trois autres ailes de l'hôpital, a indiqué le ministre de la Santé.

Une mise à niveau avec le reste de l'établissement suivra, afin de relier les nouvelles infrastructures aux anciennes, notamment en procédant à la réfection des ascenseurs.

Le gouvernement n'a mis de l'avant aucun échéancier, mais il prévoit que les travaux s'échelonneront sur au moins quatre ans. Au terme des travaux, l'Hôpital général offrira une gamme de services exclusifs comme la traumatologie tertiaire, la psychiatrie, l'orthopédie et la gériatrie.

L'HGM est l'un des trois centres de soins tertiaires en traumatologie pour adultes au Québec, et le seul situé au centre-ville de Montréal. Il était donc impératif, selon Gaétan Barrette, de s'engager dans des mesures de réfection.

Le projet de modernisation s'inscrit dans la foulée de la réorganisation des dernières années afin que le CUSM puisse regrouper ses activités en deux sites distincts, soit le campus hospitalier Glen, qui a ouvert ses portes en 2015 sur le boulevard Décarie, et l'Hôpital général de Montréal.