Marché noir: du cannabis «impropre à la consommation»

Un sachet de cannabis acheté à un revendeur... (PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE)

Agrandir

Un sachet de cannabis acheté à un revendeur de la place Émilie-Gamelin, près du métro Berri-UQAM, contenait des proportions importantes de myclobutanil, un pesticide interdit par Santé Canada.

PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE

Le pot illégal issu du marché noir fait très mauvaise figure lorsqu'on le compare à celui de producteurs de cannabis médical autorisés par Santé Canada. Deux échantillons vendus dans la rue que La Presse a fait tester en laboratoire contenaient des pesticides interdits parce qu'ils sont dangereux s'ils sont inhalés.

Des bactéries dangereuses pour la santé humaine et des champignons ont aussi été détectés dans la marijuana vendue par des revendeurs (pushers) ainsi que par le Centre Compassion de Montréal, dispensaire bien connu de la métropole.

Au cours des dernières semaines, La Presse a fait tester cinq échantillons de cannabis par le laboratoire MB Labs, de Sidney, en Colombie-Britannique, l'un des 33 laboratoires accrédités par Santé Canada pour mener des tests sur la substance.

Deux de ces échantillons provenaient des producteurs autorisés Tweed et CanniMed, qui sont dûment accrédités par Santé Canada pour vendre du cannabis à des titulaires de permis de consommation à des fins médicales. Ces entreprises devraient être autorisées à vendre sur le marché récréatif une fois la légalisation complétée.

Deux autres échantillons ont été achetés sur le marché noir à des revendeurs actifs dans la région montréalaise.

Un troisième a été vendu par une personne qui se l'était procuré au Centre Compassion de Montréal, un dispensaire de cannabis médical en affaires depuis 1999, dont la marijuana provient du marché noir.

Aucun des spécialistes à qui nous avions demandé de commenter les résultats pour cet article ne connaissait la provenance des échantillons.

Le rapport d'analyse de MB Labs n'a décelé que des traces de bactéries dans l'échantillon de CanniMed.

Celui de Tweed en était complètement exempt. «C'est l'échantillon parfait impossible à obtenir naturellement. Je soupçonne fortement une technique de stérilisation utilisée», estime la microbiologiste Marie-Ève Carrier, qui est responsable du contrôle de qualité chez Agi-Médic, producteur de cannabis médical qui vient d'être autorisé à Laval.

Après vérification, nous avons appris que les deux échantillons légaux que nous avions fait tester avaient été irradiés après leur récolte, selon un processus approuvé par Santé Canada pour certains aliments comme les épices et les fines herbes séchées.

Pesticides inquiétants

Les résultats de laboratoire sont plus troublants pour les échantillons provenant du marché noir. Un sachet de cannabis acheté à un revendeur de la place Émilie-Gamelin, près du métro Berri-UQAM, contenait des proportions importantes de myclobutanil. Ce pesticide, largement répandu dans la culture maraîchère pour combattre les champignons indésirables, est strictement interdit par Santé Canada pour la culture du cannabis, puisqu'il se transforme partiellement en cyanure d'hydrogène lors de la combustion. Ce composé chimique extrêmement toxique peut avoir des effets neurologiques sur l'humain.

À très forte dose, son inhalation peut déclencher des arrêts respiratoires mortels. À long terme, l'exposition provoque de l'instabilité nerveuse et des problèmes de glande thyroïde.

«Ça ne veut pas dire qu'on va être malade ou qu'on risque de mourir si on s'y expose une seule fois. Mais il ne faudrait pas que ça se retrouve de façon continue dans le produit», explique Mathieu Valcke, toxicologue à l'Institut national de santé publique du Québec.

Fin 2016, la découverte de traces de myclobutanil dans du cannabis vendu par les producteurs autorisés Organigram et Mettrum a mené au plus important rappel de cannabis depuis la création du régime actuel de marijuana médicale.

Le producteur québécois Hydropothecary a cessé «par mesure préventive» la vente de tous ses produits en mai dernier après que des traces de myclobutanil eurent été décelées dans un échantillon, dans une concentration de 0,023 partie par million. En comparaison, le cannabis que nous avons acheté place Émilie-Gamelin avait une concentration de myclobutanil de 24 parties par million. C'est 1000 fois plus que la concentration qui a poussé Hydropothecary à faire son rappel volontaire pour des raisons de sécurité.

Autre pesticide interdit

Un sachet acheté d'un autre revendeur de rue dans la région montréalaise contenait des pyréthrines, pesticide naturel également interdit par Santé Canada pour la culture de la marijuana. Bien que les concentrations aient été moins élevées que pour le myclobutanil, sa présence inquiète les spécialistes à qui nous avons soumis le rapport. «C'est probablement moins toxique pour l'humain [que le myclobutanil]. On l'utilise pour éliminer les punaises de lit ou désinfecter les légumes du jardin. Si c'est pour être avalé, ce n'est pas un problème, mais là, comme c'est brûlé, c'est une autre paire de manches», affirme le Dr Richard Marchand, microbiologiste et infectiologue au Laboratoire de santé publique du Québec.

Comme pour le myclobutanil, l'effet des pyréthrines sur la santé humaine après combustion et inhalation n'est pas documenté. «C'est un produit considéré comme dangereux. Il est jugé impropre à la consommation», tranche cependant la microbiologiste Marie-Ève Carrier.

Bactéries au Centre Compassion

Dans le cas de l'échantillon provenant du Centre Compassion de Montréal, les résultats ont rapporté une concentration importante d'une bactérie appelée Pseudomonas aeruginosa, ou bacille pyocyanique, «qui est susceptible d'infecter les gens qui ont un système immunitaire faible», affirme la microbiologiste Marie-Ève Carrier.

Or, le Centre Compassion de Montréal vise spécifiquement une clientèle composée de personnes souffrant de maladies affectant le système immunitaire, comme le cancer ou le VIH/sida. Son propriétaire, Marc-Boris St-Maurice, s'est dit préoccupé par nos résultats. «Nous sommes à 95% certains que l'échantillon testé provenait de la culture extérieure et était le plus bas de gamme que nous tenons. C'est un produit de dépannage, qui n'est pas nécessairement représentatif du reste de nos produits. Il représente une minorité de mes ventes», affirme-t-il.

Pour «avoir un portrait général» de la situation, M. St-Maurice dit qu'il entend faire tester indépendamment en laboratoire l'ensemble de ses stocks. Mais l'opération est plus complexe qu'il n'y paraît, puisque les laboratoires homologués par Santé Canada n'acceptent que les produits envoyés par des titulaires de permis de consommation médicale, ce que M. St-Maurice n'est pas.

Le microbiologiste et infectiologue Richard Marchand, du Laboratoire de santé publique du Québec, estime que les anomalies décelées dans cet échantillon sont probablement le fruit de mauvaises manipulations et d'un mauvais procédé de séchage. «Si vous contrôlez l'humidité, vous contrôlez les bibittes. Quand ce n'est pas contrôlé, on ouvre la porte à des toxines. On l'a vu par le passé avec les gens qui frelatent de l'alcool. Quand les gars ne savent pas ce qu'ils mettent dans leur produit, on se retrouve avec des toxines. On crée des conditions favorables à ça», dit-il.

L'échantillon du Centre Compassion contenait également des spores de champignons et d'autres bactéries dans des proportions élevées. «Il est clairement impropre à la consommation», estime la microbiologiste Marie-Ève Carrier.

«Ce sont des bactéries qui viennent probablement de la manipulation. Si c'est pour être brûlé, le risque est presque nul. Si c'est pour être mangé, c'est une autre paire de manches», indique pour sa part le Dr Marchand.

***

Lisez le reste du dossier sur La Presse+:




la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer