Source ID:; App Source:

Le taux de fumeurs stagne chez les jeunes

Lors d'un point de presse, ce matin, le... (Patrick Sanfaçon, archives La Presse)

Agrandir

Lors d'un point de presse, ce matin, le directeur général du CQTS, Marc Drolet, a rappelé que la consommation de tabac est à l'origine de 16 types de cancers et de 21 maladies chroniques.

Patrick Sanfaçon, archives La Presse

Même si les fumeurs sont de plus en plus nombreux à écraser pour de bon, le tabac continue de faire des ravages, particulièrement chez les adolescents et les jeunes.

Au Québec, le taux d'arrêt du tabagisme stagne chez les 18 à 34 ans. Avec en moyenne un décès toutes les 40 minutes lié au tabac, 18,4 % des Québécois de 12 ans et plus sont dépendants au tabac, selon les plus récentes données du Conference Board du Canada.

Dans l'espoir d'atteindre la cible de 10 % d'ici 2025, la « Semaine pour un Québec sans tabac » entame sa 41e édition avec le slogan « Le tabac laisse des marques ». Cette année, le message de la campagne télévisée du Conseil québécois sur le tabac et la santé (CQTS) sera axé sur des images-chocs, en montrant des corps ou des visages mutilés par des chirurgies cardiovasculaires, par des interventions pour le cancer du poumon, de la bouche ou de la gorge.

Lors d'un point de presse, ce matin, le directeur général du CQTS, Marc Drolet, a rappelé que la consommation de tabac est à l'origine de 16 types de cancers et de 21 maladies chroniques.

« On estime que le tabagisme tue 12 897 personnes au Québec chaque année. Malgré le message de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), et du ministère de la Santé, il y a des effets d'entraînements sociaux à fumer chez les 18 à 34 ans. Il serait faux de penser que la problématique du tabac est réglée », a expliqué M. Drolet.

Cette année, l'ex-fumeuse et comédienne Geneviève Brouillette (des téléséries Rumeurs, Ruptures et Liste noire au cinéma), est porte-parole de la Semaine pour un Québec sans tabac.

« Arrêter de fumer est épeurant en apparence, a-t-elle insisté. Dans le fond, c'est comme laisser un conjoint malsain. Dans mon cas, j'en étais venue à me demander si mon amour pour la cigarette était devenu plus grand que l'amour pour ma vie. J'ai arrêté en 2001. Cesser de fumer est le plus beau cadeau que j'ai pu m'offrir. »

Environ 386 000 Québécois souffriraient d'une maladie attribuable au tabagisme, selon le Surgeon General, une revue médicale américaine.




À découvrir sur LaPresse.ca

la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer