Une consultation lancée par Santé Canada sur la réglementation des produits de santé naturels et des médicaments sans ordonnance a conduit à de bien curieux résultats, montre un rapport dévoilé vendredi. La raison : des groupes de pression liés à l'industrie des produits de santé naturels ont incité les participants à répondre en masse en utilisant des réponses toutes faites et à ainsi s'opposer à tout resserrement des règles.

Mis à jour le 1er avr. 2017
Philippe Mercure LA PRESSE

C'est la conclusion que tire la firme Intersol, qui a rédigé un rapport pour Santé Canada sur une consultation menée en ligne l'automne dernier. Le document note que des « campagnes de mobilisation organisées » ont été lancées par certains fabricants et consommateurs de produits de santé naturels. L'Herbothèque, institut d'herboristerie et de médecine traditionnelle, a notamment publié des réponses aux questions de Santé Canada et incité les internautes à en « copier des passages » dans le questionnaire.

« Les résultats reflètent donc les points de vue et les priorités de ces individus et de ces groupes, mais ne peuvent englober une population plus vaste de Canadiens avec un niveau connu de précision », prévient Intersol dans son rapport.

Parmi les résultats surprenants de la consultation, on apprend notamment qu'une majorité de répondants qui se définissent comme des « professionnels de la santé » s'oppose à ce que des produits de santé soient approuvés selon des preuves scientifiques. Des consommateurs refusent aussi des mesures qui permettraient de retirer plus rapidement des produits dangereux des tablettes.

La consultation portait sur un projet de Santé Canada de faire le ménage dans l'industrie de ce qu'on appelle les « produits d'autosoins », soit les cosmétiques, les produits de santé naturels et les médicaments vendus sans ordonnance. Or, les propositions de Santé Canada ont essentiellement été rejetées par une majorité de participants. Cela inclut ceux qui se définissent comme des « professionnels de la santé », une catégorie comprenant les homéopathes et les naturopathes, selon la firme Intersol.

DES RÉSULTATS FAUSSÉS

Les résultats de la consultation sont considérés comme faussés par Chris MacDonald, expert en éthique des affaires à l'Université Ryerson, à Toronto, qui les qualifie de « biaisés ». Malgré cela, Santé Canada garde le cap. Le Ministère vient d'annoncer une nouvelle vague de consultations sur la même question, qui s'étendra d'avril à juin.

Le professeur MacDonald souligne que les partisans des produits de santé naturels ont parfaitement le droit de participer à une consultation sur un sujet qui les concerne. Il se demande toutefois pourquoi Santé Canada tient de tels exercices sachant qu'ils sont majoritaires à y participer.

« Il est difficile d'être contre la consultation, a-t-il dit à La Presse. Mais à un certain point, je crois que le gouvernement doit simplement prendre des décisions. »

« C'est sûr que les campagnes ont influencé le ton et les commentaires reçus, convient Manon Bombardier, directrice générale de la direction des produits de santé naturels et sans ordonnance chez Santé Canada, en entrevue à La Presse. Mais ce sont quand même des commentaires qui sont importants et dont on a tenu compte dans le processus de raffinement de la proposition. »

Mme Bombardier explique que les nouvelles consultations qui démarrent porteront sur une version plus détaillée des propositions, mais que les grandes orientations de la réforme restent les mêmes. Elle a été incapable de préciser un échéancier pour l'entrée en fonction de la nouvelle réglementation.

« On n'est pas rendu là encore », dit-elle, affirmant vouloir « prendre le temps de bien faire les choses ».

UNE RÉFORME CONTROVERSÉE

Alors que l'industrie des produits de santé naturels affirme que le projet de refonte de Santé Canada va trop loin et restreindra l'accès aux produits, plusieurs experts croient au contraire qu'il est insuffisant pour protéger les Canadiens. Yves Jalbert, de l'Association pour la santé publique du Québec, dénonce par exemple l'idée de classifier les produits d'autosoins en trois catégories de risque. « Santé Canada ouvre une porte avec ça. On sait bien que les fabricants vont tout faire pour que leurs produits entrent dans la catégorie de risque faible pour être moins réglementés », dit-il. 

Le docteur Joel Lexchin, professeur émérite à la School of Health Policy and Management de l'Universté York, à Toronto, s'explique mal quant à lui que la réforme n'aborde pas la question de la publicité entourant les médicaments sans ordonnance, et qui est selon lui problématique. « Un autre exemple de l'approche réglementaire totalement inacceptable de Santé Canada », dénonce-t-il. Yves Jalbert croit par ailleurs que Santé Canada devrait cesser d'utiliser l'expression « produits de santé naturels » parce qu'elle laisse entendre que ces produits sont bons pour la santé et sont naturels, alors que ce n'est souvent pas le cas.

LES PRINCIPALES PROPOSITIONS DE SANTÉ CANADA

1. Diviser les produits d'autosoins en trois catégories selon le risque qu'ils posent et adapter la réglementation en fonction de ce risque.

2. Obliger les entreprises à fournir des preuves scientifiques pour les allégations qui touchent la santé. Les autres allégations (hydrate la peau, favorise le métabolisme des graisses, contribue à la formation des os) ne seraient pas vérifiées, mais l'étiquette des produits afficherait un « avis de non-responsabilité ».

3. Identifier les produits par des numéros afin de faciliter leur retrait des tablettes en cas de problèmes.

Quelques résultats de la consultation

1. Que pensez-vous de la proposition d'obliger à fournir des données scientifiques à l'appui d'une allégation santé ?

Consommateurs : 29 % pour, 56 % contre

Professionnels de la santé : 33 % pour, 51 % contre

Fabricants de produits naturels : 21 % pour, 67 % contre

Universitaires : 60 % pour, 28 % contre

2. Pensez-vous que l'utilisation d'un identifiant de produit est nécessaire pour aider les consommateurs à identifier un produit au cas où ils souhaiteraient signaler un problème relatif à ce produit ?

Consommateurs : 31 % pour, 38 % contre

Professionnels de la santé : 32 % pour, 29 % contre

Fabricants de produits naturels : 29 % pour, 31 % contre

Universitaires : 54 % pour, 16 % contre