Source ID:; App Source:

Maladie mentale: les gardiens de pénitenciers mal outillés

Le président du syndicat qui représente les gardiens de pénitenciers fédéraux... (PHOTO ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE)

Agrandir

PHOTO ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

La Presse Canadienne
Saskatoon

Le président du syndicat qui représente les gardiens de pénitenciers fédéraux affirme que ceux-ci n'ont pas reçu de formation appropriée pour intervenir auprès des détenus souffrant de problèmes mentaux.

Kevin Grabowsky, qui préside le Syndicat des agents correctionnels du Canada, affilié à la CSN, ajoute que la mauvaise préparation des gardiens est même un problème croissant. Il cite en exemple le cas de Marlene Carter, une détenue de 43 ans qui a récemment écopé d'un ajout de deux ans de détention pour avoir agressé des gardiens et des membres du personnel médical.

Au tribunal, il a été démontré que pendant 23 heures par jour, Mme Carter a été isolée dans une cellule et attachée à son lit au Centre psychiatrique régional, à Saskatoon, afin de l'empêcher de se frapper la tête sur les murs.

La Société Elizabeth Fry, un groupe de défense des droits des détenus, affirme que Marlene Carter est très malade et qu'elle doit être confiée à un établissement plus approprié à son état.

Kevin Grabowsky assure que le personnel du Centre psychiatrique régional de Saskatoon n'a pas les compétences pour que Mme Carter soit traitée correctement et qu'il ne pourra les acquérir dans un délai raisonnable. Il propose qu'elle soit transférée à l'Unité correctionnelle de traitement de la Vallée du Saint-Laurent, à Brockville, en Ontario.




la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer