Source ID:; App Source:

Risques potentiels des champs de radiofréquences

Santé Canada avait demandé au comité d'experts de... (Photo Mike Segar, archives Reuters)

Agrandir

Santé Canada avait demandé au comité d'experts de suggérer tout changement nécessaire aux directives fédérales, à la suite de l'examen des plus récentes recherches sur les effets indésirables sur la santé liés aux ondes des téléphones mobiles, des systèmes sans fil comme les routeurs, des tours de téléphonie cellulaire et des antennes de radiodiffusion.

Photo Mike Segar, archives Reuters

Sheryl Ubelacker
La Presse Canadienne
TORONTO

Les directives fédérales sur les niveaux d'exposition sécuritaires aux champs de radiofréquences émis par les cellulaires et autres appareils sans fil semblent globalement adéquates, mais les études pour clarifier le risque potentiel de cancer devraient être poursuivies, recommande un comité d'experts.

Le comité de la Société royale du Canada a publié son rapport, mardi, suite à l'examen du Code de sécurité 6 de Santé Canada, qui établit les limites à l'exposition aux champs de radiofréquences, dans le but de protéger les travailleurs de la santé et la population en général.

Santé Canada avait demandé au comité d'experts de suggérer tout changement nécessaire aux directives fédérales, à la suite de l'examen des plus récentes recherches sur les effets indésirables sur la santé liés aux ondes des téléphones mobiles, des systèmes sans fil comme les routeurs, des tours de téléphonie cellulaire et des antennes de radiodiffusion.

Selon Paul Demers, président du comité d'experts et directeur du Occupational Cancer Research Centre à Toronto, le comité conclut que le Code de sécurité était élaboré de manière à éviter «tout risque connu» des champs de radiofréquences, et qu'il n'est pas nécessaire à l'heure actuelle de mettre en place des mesures de précaution additionnelles.

Néanmoins, le comité de huit membres soutient que Santé Canada devrait poursuivre des recherches pour tenter de déterminer s'il y a un lien entre l'exposition aux champs de radiofréquences de dispositifs sans fil et des cas de cancer, car les études sur cette question ont donné des résultats divergents.

Dans le cadre de son examen, le comité d'experts a aussi entendu les avis d'un certain nombre de personnes se considérant hypersensibles aux émissions de radiofréquences, avec des symptômes cadrant dans une large catégorie appelée l'«intolérance environnementale idiopathique attribuée aux champs électromagnétiques» (ou IEI-EMF).

Selon M. Demers, la détermination des causes exactes de ces symptômes devrait aussi constituer un «secteur prioritaire» de recherches.




la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer