Source ID:; App Source:
Exclusif

Implants cochléaires: des médecins exigent la fin du monopole du CHUQ

Dès 2008, les médecins du CHUM, du CHU... (Photo: David Boily, La Presse)

Agrandir

Dès 2008, les médecins du CHUM, du CHU Sainte-Justine et du CUSM ont proposé que les opérations d'implants cochléaires soient réalisées à Montréal par une équipe composéede chirurgiens des trois établissements.

Photo: David Boily, La Presse

Parce que Québec refuse depuis des années de permettre à Montréal de réaliser des opérations visant à installer des implants cochléaires, plus de 50 patients se sont rendus en Ontario depuis 2009 pour se faire opérer, aux frais de l'État. Exaspérés, des médecins de Montréal pressent le ministère de la Santé de rapatrier une portion de ces interventions chirurgicales dans la métropole. Même l'Agence de la santé et des services sociaux de Montréal, dans une lettre envoyée en février dernier, demande au gouvernement d'intervenir, a appris La Presse.

Depuis 1984, toutes les opérations d'implants cochléaires faites au Québec sont réalisées au Centre québécois d'expertise en implant cochléaire du Centre hospitalier universitaire de Québec (CHUQ). Chaque année, environ 180 patients se font opérer dans la capitale.

«La majorité de ces patients viennent du sud-ouest du Québec. On parle de 55% à 60% des patients. C'est pourquoi on demande depuis des années à Québec de nous permettre de réaliser les chirurgies aussi à Montréal», affirme le Dr Issam Saliba, chirurgien otologiste au Centre hospitalier de l'Université de Montréal (CHUM).

«En Ontario, six hôpitaux réalisent des chirurgies d'implants cochléaires. Au Québec, juste un hôpital le fait. Pourquoi? Ça n'a plus de sens», ajoute le Dr Saul Frenkiel, chirurgien en oto-rhino-laryngologie à l'Hôpital général juif de Montréal.

Choisir l'Ontario

Le Dr Saliba explique que, pour certains patients, il n'est pas simple de se rendre à Québec pour recevoir un implant. «Les parents d'enfants doivent prendre congé plusieurs jours. J'ai eu un patient de 80 ans pas plus tard qu'hier, qui me disait que c'était très compliqué pour lui d'aller à Québec. Il n'a pas d'enfant. Le transport est complexe à organiser», dit-il.

«Et pour les patients à faible revenu, aller à Québec est coûteux», ajoute le Dr Frenkiel.

Plusieurs patients préfèrent se rendre en Ontario, où la procédure est tout de même remboursée par Québec. Entre 2009 et 2013, 52 Québécois se sont fait opérer gratuitement dans une autre province canadienne pour recevoir leur implant cochléaire, confirme la porte-parole de la Régie de l'assurance maladie du Québec (RAMQ), Catherine Poulin.

Selon le Dr Saliba, les patients vont en Ontario pour une question de proximité, mais aussi parce qu'il n'y a pas de liste d'attente.

Dès 2008, les médecins du CHUM, du CHU Sainte-Justine et du Centre universitaire de santé McGill (CUSM) ont proposé que les opérations d'implants cochléaires soient réalisées à Montréal par une équipe composée de chirurgiens des trois établissements.

«On a l'expertise pour faire ces opérations, dit le Dr Frenkiel. Mais le gouvernement a toujours dit non. Pour des raisons politiques. On veut que ça reste à Québec seulement.» Un avis partagé par le Dr Saliba.

La grogne des médecins de Montréal devant le monopole de Québec ne cesse de s'amplifier. Au cours des derniers mois, différents groupes ont donné leur appui au projet, dont l'Association d'oto-rhino-laryngologie du Québec et le doyen adjoint à l'unité de médecine de l'Université de Sherbrooke, le Dr Dominique Dorion.

Dans une lettre datée du 12 février 2014, la directrice générale de l'Agence de la santé de Montréal, Danielle McCann, écrit aussi au sous-ministre, le Dr Louis Couture, pour lui signaler qu'elle souhaite que de telles opérations soient réalisées à Montréal. «Nous sommes persuadés que la possibilité d'offrir, dans l'ouest du Québec, un continuum complet de services en implantation cochléaire serait bénéfique pour les personnes atteintes d'une déficience auditive, leur famille et leur entourage», a-t-elle écrit dans la lettre, que La Presse a obtenue. L'Agence a demandé à rencontrer le ministère de la Santé à ce sujet et affirme être en attente d'une réponse.

«Maintenir l'expertise»

Au Ministère tout comme au CHUQ, on affirme que l'offre d'opérations d'implants cochléaires est un «service surspécialisé» et que «l'exposition à un certain volume de patients est nécessaire afin de maintenir l'expertise» et de «pousser plus loin les avancées technologiques et scientifiques».

Le Dr Frenkiel n'est pas de cet avis. «Les implants cochléaires, ce n'est plus un domaine d'expertise. La très grande majorité des chirurgiens otologistes peuvent maintenant le faire, dit-il. On ne demande même pas de budget supplémentaire. C'est vraiment pour les patients que ce serait bénéfique de pouvoir être traités près de leur maison.»




la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer