Le tiers de tests de laboratoire demandés par les médecins pourraient être complètement inutiles, affirment des chercheurs américains.

Publié le 15 nov. 2013
LA PRESSE CANADIENNE

Des scientifiques du Centre médical Beth Israel Deaconess, à Boston, ont épluché une quarantaine d'études menées sur le sujet au cours des 15 dernières années.

Leur analyse de 1,6 million de résultats générés par 46 des 50 épreuves les plus souvent demandées, allant d'une simple formule sanguine à un test de dépistage du VIH, démontre que 30 pour cent d'entre elles étaient probablement inutiles. Pire encore, un nombre équivalent de tests véritablement nécessaires ne seraient jamais prescrits par les médecins.

Les auteurs expliquent que les médecins ne prennent souvent pas le temps de se questionner sur la pertinence de ces épreuves ou de réfléchir à leur impact sur le patient. Au lieu de se demander pourquoi ils prescriraient un test, disent-ils, les médecins se demandent pourquoi ils ne le prescriraient pas.

Les conclusions de cette étude sont publiées en ligne par le journal scientifique PLOS ONE.