Source ID:320686; App Source:cedromItem

Santé: Québec se retire d'un groupe de travail

Alexandre Cloutier, le ministre québécois délégué aux Affaires... (Photothèque La Presse)

Agrandir

Alexandre Cloutier, le ministre québécois délégué aux Affaires intergouvernementales canadiennes.

Photothèque La Presse

(Québec) Le gouvernement Marois s'est retiré d'un groupe de travail du Conseil de la fédération sur la santé - des travaux qui cautionnaient les interventions fédérales dans ce secteur et inutiles pour le Québec.

«La participation du gouvernement fédéral est désormais ouvertement souhaitée par certaines provinces... Nous pouvons vous signaler d'emblée que le Québec n'appuiera pas une telle collaboration du gouvernement fédéral ou de ses organismes aux travaux du Conseil de la fédération», affirment les ministres Alexandre Cloutier (Affaires intergouvernementales) et Réjean Hébert (Santé) dans une lettre datée du 11 janvier et adressée à Robert Ghiz, premier ministre de l'Île-du-Prince-Édouard et président du Conseil.

En commission parlementaire, hier, le libéral Pierre Moreau, ancien ministre des Relations intergouvernementales canadiennes, a lancé ce qui aurait pu mettre son successeur péquiste Alexandre Cloutier dans l'embarras. La manoeuvre s'est un peu retournée contre lui, puisque Québec précise dans la lettre qu'il collaborera à «toute initiative qui pourrait correspondre aux intérêts du Québec».

M. Moreau a réclamé que Québec rende publique une lettre transmise au Conseil de la fédération dans laquelle on prévient les provinces de son retrait du comité. «La politique de la chaise vide», a accusé M. Moreau. Il a rappelé qu'en 2004, le gouvernement Charest, de concert avec les autres provinces, a obtenu de Paul Martin le financement «asymétrique» en santé - une avancée saluée même par l'ancien chef péquiste Jacques Parizeau.

«C'est évident qu'on ne se retire pas des discussions sur les transferts [en santé]», a expliqué M. Cloutier à La Presse.

En repli, Pierre Moreau a par la suite accusé Québec d'avoir voulu cacher son retrait - «dans une lettre transmise à tous les premiers ministres provinciaux», a répliqué M. Cloutier.

Titres «incompatibles»

Le libéral Pierre Moreau et le caquiste Éric Caire ont ironisé sur le titre du ministre Cloutier, à la fois ministre des Relations intergouvernementales canadiennes et ministre de la gouvernance souverainiste. «Ces deux titres sont incompatibles, ces deux mandats ne peuvent se retrouver dans la même pièce, encore moins chez la même personne», a lancé M. Caire. Selon M. Moreau, on peut s'interroger sur la perception des interlocuteurs du ministre devant l'ambiguïté de ses responsabilités. «Les gens doivent se demander qui ils rencontrent, celui qui travaille sur la séparation du Québec ou celui qui s'occupe de relations intergouvernementales canadiennes.»

En commission parlementaire, les deux représentants de l'opposition ont indiqué que M. Cloutier, sans responsabilités économiques ou internationales, est allé rencontrer les représentants du gouvernement écossais, qui propose aussi la souveraineté à ses électeurs.

M. Cloutier a rappelé qu'il a établi des liens avec les élus écossais lorsqu'il était critique aux affaires internationales dans l'opposition. De plus, en tant qu'ancien étudiant de Cambridge, il a maintenu des liens à Londres, où il s'est aussi rendu avec Mme Marois. «Il est allé jaser avec ses vieux chums», ont lancé MM. Moreau et Caire. Selon M. Moreau, les fonds publics n'auraient pas dû payer le déplacement de M. Cloutier en Écosse, puisqu'il n'avait d'autre justification que le projet souverainiste du Parti québécois.




À découvrir sur LaPresse.ca

la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer