Lorsque La Presse a consulté Aryeh Dudovitz, de Jonah International, celui-ci a passé une bonne partie de la séance à parler d'un séjour d'immersion de deux jours intitulé Journey Into Manhood («Voyage dans la masculinité»), communément nommé «le week-end JIM».

Ewan Sauves LA PRESSE

Ce stage coûte 650$ US. Le dernier a eu lieu le 30 novembre à Palm Beach, en Floride.

Ted Cox, écrivain âgé de 35 ans et étudiant à la San Jose State University, a participé à l'un de ces stages dans le cadre de sa maîtrise, en 2010. Il en reste encore pantois.

«Je m'attendais à quelque chose de très étrange: 50 gars qui s'en vont ensemble dans les bois pour devenir hétéros, ça ne me semble pas très productif», lance-t-il à la blague.

Sur place, il a constaté que la majorité des psychologues n'avaient pas de permis de pratique et étaient eux-mêmes d'ex-gais. «Le contrat de confidentialité que j'ai dû signer en arrivant le stipulait clairement. C'était écrit noir sur blanc.»

Pendant son séjour de 48 heures, M. Cox a pris part à une panoplie d'activités, dont certaines lui ont laissé un goût amer.

«L'un des exercices consistait à travailler sur nos expériences traumatiques du passé. Un gars en particulier a expliqué que, un jour, il avait essayé d'attirer l'attention de son père, mais celui-ci lisait le journal. L'animateur a expliqué à l'homme que son père lui avait envoyé le message qu'il ne l'aimait pas et que le journal était plus important que lui. On a fait prendre au gars un bâton de baseball et on lui a dit de taper fort sur un coussin, qui représentait son père. Quand il a eu fini, un autre membre du personnel, debout les bras tendus, a accueilli le gars en lui disant: Mon fils, je t'aime, j'ai du temps pour toi, maintenant.»