C'est une première à Montréal, et au Canada: un refuge d'abri et de soutien pour les aînés maltraités vient de voir le jour dans le Centre-Ouest. «Le besoin est là», estime la chargée de projet pour SAVA Centre-Ouest, Thurza Dufresne.

Anabelle Nicoud LA PRESSE

«On voit de plus en plus d'aînés abusés par leur famille pour des raisons financières. Souvent malheureusement, ils refusent de dénoncer. C'est l'enfer, les cas qu'on entend», estime Thurza Dufresne.

C'est en 2007 que la Table des aînés de Montréal Centre-Ouest, le centre de santé et de services sociaux Cavendish (CSSS), le centre Cummings pour aînés et la Table de concertation des aînés de Montréal ont identifié le besoin pour un centre de ce genre. Le SAVA Centre-Ouest a vu le jour grâce à la Fondation Bien-Vieillir et à la contribution de la Conférence régionale des élus de Montréal.

«C'est une première comme telle dans la ville de Montréal, mais aussi au Canada», dit Mme Dufresne. Le principe du SAVA Centre-Ouest rappelle celui des refuges pour femmes battues: les personnes victimes de violences domestiques peuvent demander un abri, mais aussi de l'aide afin de changer les choses. «Le but, c'est de travailler pour prendre des démarches de changement dans la vie. On a du soutien psychologique, et tout se fait avec le consentement des personnes. Elles décident s'ils veulent trouver un logement ou retourner à la maison», dit-elle.

Le refuge a ouvert ses portes en janvier dernier, avec deux appartements pour des aînés en difficulté qui ont vite trouvé preneur. L'un d'entre eux est un logement temporaire, pour une dizaine de jours, Deux personnes âgées, victimes des violences ou séquestrations de leurs familles, ont pu s'y réfugier. L'une d'entre elles a trouvé un nouveau toit grâce au centre. «Cette dame est maintenant changée. Elle est beaucoup plus calme, mais ça prend toute une équipe pour changer ça», estime Mme Dufresne.

Fort de ce succès, le SAVA Centre-Ouest espère ouvrir plusieurs centres à Montréal, mais aussi dans sa banlieue. «On aimerait avoir une expansion, on peut aller n'importe où», dit Mme Dufresne. Le centre est ouvert aux personnes âgées de 60 ans et plus, mais, souligne Mme Dufresne, le but est de ne refuser personnes. Les aînés en difficulté peuvent aussi se tourner vers le SAVA Centre-Ouest pour trouver une solution à leurs problèmes.