Les syndicats CSN du réseau de la santé ont fait front commun, mardi, pour dénoncer le manque de ressources dans la région de Montréal, particulièrement en matière de soins à domicile. Ils ont du même coup lancé un appel à la mobilisation afin d'interpeller les hauts dirigeants de l'agence de la santé et des services sociaux de Montréal, avec à leur tête David Levine.

Mis à jour le 30 mars 2011
Sara Champagne LA PRESSE

Dans le secteur du CSSS de la Pointe-de-l'Île, affirment les représentants syndicaux, 13 postes de soutien à domicile ont été éliminés. Il en va de même au CSSS Jean-Mance, où 60 postes de préposés aux bénéficiaires et des professionnels ont été abolis. Résultat: les patients se retrouvent sur des listes d'attente à moins de pouvoir se payer des soins privés. À défaut de quoi, estime la CSN, ce sont les urgences qui absorbent la clientèle vieillissante.

Avec l'appui d'une psychologue de l'hôpital Sainte-Justine, Caroline Tremblay, les syndicats de la CSN ont aussi dénoncé le manque de ressources en santé mentale. On a notamment mis en lumière les besoins criants dans la métropole en matière de pauvreté, d'isolement social, d'itinérance et de toxicomanie.