Le cancer a dépassé en 2006 les maladies cardiovasculaires comme principale cause de mortalité chez les hommes canadiens, selon des données dévoilées cette semaine par Statistique Canada. Chez les femmes, ce changement était survenu en 2003.

Mathieu Perreault LA PRESSE

L'arrivée du cancer au sommet de ce funèbre classement suit trois décennies de déclin relatif des maladies cardiovasculaires grâce à l'amélioration de l'état physique et de l'alimentation des personnes et au recul du tabagisme. Le cancer et les maladies cardiovasculaires, responsables de 80% des décès au Canada dans les années 80, en causent maintenant 70%.

Fait à noter, en chiffres absolus, le nombre de morts causées par une maladie cardiovasculaire est encore supérieur à celles que cause le cancer. Le changement n'a lieu que quand les taux de mortalité tiennent compte de l'âge.

Le palmarès est évidemment fort différent selon les groupes d'âge. Près de 80% des bébés morts à moins de 1 an sont morts de complications à la naissance ou d'anomalies. Chez les enfants de 1 à 14 ans, les accidents arrivent en première place, avec 25% des 750 morts. Les accidents sont même responsables de la moitié des 1000 morts âgés de 15 à 19 ans et de 40% des 1300 morts dans le groupe des 20 à 24 ans. Chez les jeunes adultes, les accidents tuent deux fois plus d'hommes que de femmes. Il faut attendre la fin de la quarantaine pour que la parité entre les deux sexes se rétablisse. Les accidents ne causent alors plus que 20% des morts.

Au crépuscule de la vie, la tendance s'inverse parce que la majorité des hommes sont déjà morts. Parmi les décès chez les plus de 90 ans en 2006, il y avait 24 000 femmes et 10 500 hommes.

Grippe

Les statistiques de mortalité causée par la grippe sont particulièrement intéressantes compte tenu de la pandémie de grippe de l'hiver dernier, qui a fait 428 morts au Canada. Entre 2000 et 2006, la mortalité due à la grippe «ordinaire» a oscillé entre 92 et 678 personnes, dépassant celle de la pandémie à deux reprises.

Pourtant, les autorités de santé publique ont à plusieurs reprises indiqué l'hiver dernier que la grippe saisonnière fait en général 6000 victimes au Canada, ce qui a amené une bonne partie de la population à estimer que la menace de la pandémie avait été exagérée. Pourquoi les chiffres de Statistique Canada sont-ils 10 fois plus bas que ceux de l'Agence de la santé publique?

Tout simplement parce que le chiffre de 6000 victimes est une extrapolation visant à refléter l'ensemble des morts dans lesquelles la grippe a joué un rôle. Par exemple, une personne peut être atteinte d'un cancer en phase terminale et mourir d'une grippe sans qu'un test d'influenza soit fait après sa mort. Dans une étude publiée en 2007 dans la revue Epidemiology and Infectiology, une chercheuse de l'Agence de la santé publique du Canada, Dena Schanzer, estime que la grippe cause en réalité 12,5 fois plus de morts que le nombre enregistré. Cela signifierait que la pandémie a fait 5350 victimes. Selon la Dre Schanzer, bon an, mal an, la grippe saisonnière fait entre 1000 et 6000 morts au pays. En d'autres mots, la pandémie a été un peu moins mortelle que les pires saisons grippales.

***

 

Nombre de morts directement attribuables à la grippe

2000: 423

2001: 92

2002: 226

2003: 218

2004: 296

2005: 678

2006: 141

Pandémie de grippe A (H1N1) 2009-2010: 428 morts;

En 2006 au Canada...

Une seule personne, une Ontarienne, est morte de la salmonelle;

Deux Ontariennes et une Québécoise sont mortes de la syphilis;

Un homme en Saskatchewan est mort de la rougeole;

90 personnes sont mortes de la tuberculose;

82 femmes et 346 hommes sont morts du VIH. La province où le VIH cause le plus haut taux de mortalité par habitant est la Colombie-Britannique, avec 129 victimes, dont 26 femmes. Le VIH a fait 103 victimes au Québec et 137 en Ontario.;

4842 femmes et 10 214 hommes sont morts du cancer du poumon;

4482 femmes sont mortes du cancer du sein; c'est une diminution de 11,6% par rapport au triste record de 5060 en 2003;

115 femmes et 55 hommes sont morts de malnutrition; c'est au Québec que la malnutrition fait le plus de victimes, avec 24 hommes et 63 femmes;

34 501 femmes et 34 214 hommes sont morts d'une maladie cardiovasculaire grave;

149 femmes et 91 hommes et sont morts d'asthme;

331 femmes et 865 hommes sont morts de maladie alcoolique du foie; le Québec est légèrement sous-représenté à cet égard, avec 239 victimes, dont 55 femmes;

28 femmes sont mortes de complications liées à une grossesse, dont 1 à cause d'un avortement, en Ontario;

17 hommes sont morts à cause d'une décharge accidentelle d'arme à feu; la Saskatchewan est en première place avec 4 morts;

52 femmes et 235 hommes sont morts noyés;

817 femmes et 2695 hommes sont morts par suicide; le Québec est au premier rang avec 1148 morts, dont 266 femmes;

114 femmes et 98 hommes sont morts de complications de soins médicaux;

1 femme et 8 hommes sont morts lors d'une intervention policière.

Sources: Statistique Canada, Organisation mondiale de la santé