Source ID:; App Source:

Le virus aux portes du Québec

Des parents étaient visiblement soulagés de ertrouver leur... (Photo: François Roy, La Presse)

Agrandir

Des parents étaient visiblement soulagés de ertrouver leur fils sain et sauf à son retour du Mexique, hier à l'aéroport Trudeau.

Photo: François Roy, La Presse

La grippe porcine gagne le Canada. Six cas ont été confirmés hier, en Nouvelle-Écosse et en Colombie-Britannique. Ailleurs dans le monde, plusieurs personnes sont toujours hospitalisées. Même si le Québec semble épargné pour l'instant, les experts estiment que ce n'est qu'une question de temps avant que le virus ne se manifeste dans la province.

La grippe porcine est à nos portes. Six Canadiens ont contracté le virus qui a tué 20 personnes au Mexique, et les autorités craignent que deux Québécois aient fait de même. Le gouvernement a d'ailleurs indiqué hier que ce n'est qu'une question de temps avant que d'autres cas soient confirmés dans la province.

 

Il n'y a encore aucun cas avéré de grippe porcine au Québec. Mais deux patients sont actuellement l'objet d'une investigation, a indiqué le directeur national de la santé publique, le Dr Alain Poirier. L'un d'entre eux a été traité dans un établissement de Montréal. Ses symptômes n'inquiètent guère les médecins, si bien qu'il a été autorisé à rentrer chez lui.

Cas isolé? Non, affirme le Dr Poirier. Six cas de grippe porcine ont été confirmés au Canada, hier. Et rien ne permet de croire que le Québec sera épargné.

«Ce serait très étonnant qu'il n'y ait pas de cas au Québec, a-t-il convenu, avec la grandeur de la population et toute la circulation qu'il y a. C'est un virus qui circule très facilement.»

La Nouvelle-Écosse a confirmé hier que quatre étudiants de Windsor ont contracté la maladie. Ils font partie d'un groupe de 21 adolescents qui ont été mis en quarantaine au terme d'un voyage organisé au Mexique. Un seul des quatre patients avait participé au voyage, un indicateur que la maladie peut être transmise d'une personne à une autre.

En Colombie-Britannique, deux autres personnes ont été infectées par le virus, a confirmé le gouvernement provincial, hier.

Dans un cas comme dans l'autre, les symptômes n'inspirent aucune crainte. Ils étaient si doux qu'aucun des patients n'a dû être hospitalisé. La maladie qui a frappé ces Canadiens semble donc moins virulente que celle qui a fait entre 20 et 80 morts au Mexique, et a infecté plus de 1300 personnes.

N'empêche, Ottawa ne veut prendre aucune chance. Les autorités demandent aux Canadiens de redoubler de vigilance pour éviter la propagation de la maladie (voir encadré).

«Même si les symptômes que nous avons observés au Canada sont relativement doux, il est important que les gens continuent de se protéger», a averti le Dr David Butler Jones, administrateur en chef de la santé publique au Canada.

En conférence de presse hier, le médecin a affirmé que le Canada possède une réserve de 55 millions de doses d'antirétroviraux, assez pour traiter chaque Canadien en cas de pandémie. Il ajoute que des experts canadiens ont commencé à élaborer un vaccin pour cette souche de grippe porcine.

De son côté, Québec a ouvert un centre d'urgence destiné à coordonner les mesures en cas d'épidémie. Les responsables de la santé publique ont tenu une série de rencontres et de conférences téléphoniques avec les dirigeants d'hôpitaux et de cliniques afin d'échanger des données sur le virus et de préparer le personnel à réagir en cas de pandémie.

«Pour l'instant, il n'y a pas d'ajout extraordinaire par rapport à ce que l'on fait habituellement, sinon d'être tous en alerte et de bien surveiller», explique le Dr Poirier.

Pas de contrôle aux douanes

Les autorités n'ont émis aucun avertissement pour ceux qui comptent visiter le Mexique. Et elles n'ont pas resserré les contrôles aux frontières pour empêcher des habitants de ce pays d'entrer au Canada.

Voilà pourquoi personne n'a questionné Alexandra Madera sur son état de santé, lorsqu'elle a traversé la douane de l'aéroport Trudeau, hier après-midi. Elle arrivait pourtant de Mexico, considéré comme le foyer de la maladie.

Quelques heures plus tôt, à l'aéroport de Mexico, des agents lui avaient fait remplir un formulaire pour vérifier si elle présentait des symptômes de la grippe, comme la toux, la fièvre ou des douleurs musculaires. «Si on avait les symptômes, on ne pouvait pas embarquer dans l'avion», a-t-elle expliqué.

Une fois dans l'avion, des employés de la ligne aérienne lui ont donné un numéro de téléphone qu'elle pourrait appeler si elle développe la maladie dans les prochains jours. Mais aucun agent canadien n'a voulu vérifier son état de santé.

La situation étonne le Dr Karl Weiss, infectiologue à l'hôpital Maisonneuve-Rosemont. Ce spécialiste souligne que plusieurs pays, notamment en Asie, ont commencé à resserrer les contrôles aux frontières. L'aéroport Narita de Tokyo a installé un appareil qui permet aux passagers en provenance du Mexique de mesurer leur température.

«Il y a des gens qui devraient poser des questions, au moins avoir un questionnaire, a-t-il indiqué. Surtout qu'il y a beaucoup de Québécois qui devraient revenir du Mexique.»

La situation aux douanes n'inquiète pas les autorités québécoises. Le Dr Alain Poirier souligne qu'il y a tellement de voyageurs qui transitent par les aéroports chaque jour qu'il serait impossible de contrôler leur état de santé systématiquement. D'ailleurs, une personne peut porter le virus de la grippe sans développer des symptômes.

«Selon tous les experts partout sur la planète, a-t-il indiqué, ce ne serait pas efficace.»

 




À découvrir sur LaPresse.ca

La liste:-1:liste; la boite:2099152:box; tpl:html.tpl:file
la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer