Source ID:; App Source:

Québec encadrera la fécondation in vitro

Le ministre de la Santé, Yves Bolduc.... (Photo: La Presse)

Agrandir

Le ministre de la Santé, Yves Bolduc.

Photo: La Presse

Jocelyne Richer
La Presse Canadienne
Québec

Les femmes qui ont besoin de la technologie pour donner la vie recevront bientôt un coup de pouce financier de l'Etat pour mener à bien leur projet.

Elles auront droit à trois essais gratuits, assumés par la Régie de l'assurance-maladie, alors qu'actuellement la facture peut grimper jusqu'à 45 000 $.

Le ministre de la Santé, Yves Bolduc, a déposé un projet de loi en ce sens, mercredi, à la grande satisfaction des couples stériles, qui réclamaient depuis longtemps l'aide financière du gouvernement.

Le projet de loi 26 vise en fait à encadrer tout le processus de procréation assistée.

Dès qu'il sera adopté, les femmes qui veulent devenir enceintes auront donc droit à trois essais sans frais.

Cependant, la question cruciale du nombre maximal d'embryons qui pourront être implantés à chaque reprise dans l'utérus de la femme reste à déterminer.

Le nombre autorisé pourrait varier en fonction de l'âge de la femme et de la qualité des embryons.

En point de presse, le ministre Bolduc a dit qu'il fallait faire en sorte d'éviter les grossesses multiples, très coûteuses pour l'Etat, et remettait à plus tard la décision à ce sujet.

Mais une chose est sûre, «des huit, puis des sept embryons, il n'y en aura pas», a-t-il promis.

«On ne vous cachera pas qu'on veut éviter des situations comme il y a eu aux Etats-Unis avec la naissance d'octuplés, alors que tout le monde trouve ça étrange qu'on ait implanté autant d'embryons en même temps», a fait valoir le ministre Bolduc.

Québec vise à promouvoir en ce domaine «une pratique éthiquement acceptable et également une pratique de qualité».

L'Association des couples infertiles du Québec s'est montrée très satisfaite du projet de loi, surtout qu'il prévoit le remboursement de trois essais, au lieu de deux comme le projet de loi précédent, qui avait été déposé en 2008.

La présidente de l'association, Caroline Amireault, a fait valoir qu'elle souhaitait que Québec laisse conjointement au médecin traitant et à la femme la décision à prendre quant au nombre d'embryons à implanter.

Elle veut surtout éviter que Québec fixe à un seul embryon le plafond autorisé pour chaque intervention, «parce qu'avec un seul embryon vous avez 15 pour cent de chances d'avoir une grossesse».

«Il faut s'assurer que les couples infertiles ne seront pas pris en otages», en devant recommencer «indéfiniment», a-t-elle ajouté.

Une grande victoire de l'association consiste à avoir réussi à convaincre le gouvernement de considérer l'infertilité comme une maladie.

Malgré les pressions, le gouvernement avait toujours refusé dans le passé de céder sur ce point, à l'époque où le ministère de la Santé était dirigé par Philippe Couillard. Il disait aussi qu'enfanter n'étais pas un droit, mais un privilège.

Environ 1700 traitements pour l'infertilité sont pratiqués chaque année au Québec, pour un coût unitaire variant entre 10 000 $ et 15 000 $.

Il faut s'attendre à voir le nombre de demandes augmenter avec la gratuité du traitement.

Le projet de loi prévoit aussi que toute activité de procréation assistée, sauf exception, devra être exercée dans un centre privé de procréation assistée, et que ce centre devra être dirigé par un médecin.

Ces centres devront détenir un permis délivré par le ministère de la Santé et respecter les normes en vigueur.




La liste:-1:liste; la boite:2099152:box; tpl:html.tpl:file
la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer