Mis sur la sellette bien malgré lui devant la commission Charbonneau, le club privé 357C, dans le Vieux-Montréal, a décidé de changer ses règles internes, a appris La Presse. «Plusieurs membres nous ont approché pour demander que les noms de leurs invités ne soient plus enregistrés dans la base de données», dit la direction dans un communiqué transmis hier à son millier de membres.

Mardi et mercredi, une liste de 150 repas auxquels ont assisté des politiciens, des administrateurs publics et des entrepreneurs montréalais a été rendue publique aux audiences de la commission Charbonneau, ce qui a  créé une commotion dans les milieux d'affaires montréalais. 

La direction du club 357C estime que la demande des membres est «raisonnable». Aussi le nom des convives ne sera-t-il plus enregistré à partir d'aujourd'hui. Seul le nom du membre qui a fait l'invitation et le nombre de personnes attendues seront consignés.

Pour des raisons de sécurité, le club continuera toutefois de demander la liste des invités à une activité donnée, mais elle sera détruite à la fin de l'événement, promet-on. La commission Charbonneau avait obtenu les listes des repas des dernières années «grâce aux pouvoirs extraordinaire dont elle jouit» et elle a «décidé d'utiliser publiquement» des éléments qu'elle y a trouvés.

L'établissement a confirmé le changement à ses règles de fonctionnement, mais s'est refusé à tout autre commentaire. «Nous n'accorderons aucune entrevue à ce sujet», a indiqué l'un des dirigeants, Ghyslain Langlois. 

Avec la collaboration de Pierre-André Normandin