Après des pourparlers à n'en plus finir et des mois de retard, une entente est finalement intervenue entre la Ville et le gouvernement afin d'établir la vitesse par défaut à 40 km/h dans toutes les rues de Montréal. Exceptions faites des grands boulevards et zones scolaires, a appris La Presse.

Sara Champagne LA PRESSE

Au printemps dernier, l'administration Tremblay avait obtenu l'aval de tous les arrondissements et des 15 villes liées pour effectuer une demande auprès de la ministre des Transports, Julie Boulet. S'inspirant de l'interdiction de tourner à droite sur un feu rouge, le gouvernement avait donné son accord de principe à un autre cas d'exception pour Montréal, mais on voulait réaliser le tout sans devoir abroger le Code de la route.

En entretien avec La Presse, André Lavallée, responsable du transport au sein de la garde rapprochée du maire de Montréal, a expliqué jeudi dernier que son équipe et le gouvernement avaient une rencontre de prévue pour valider la dernière hypothèse retenue.

«Le diable se cache dans les détails, a-t-il ironisé. Il faut voir si la vitesse par défaut est applicable dans tous les arrondissements et les villes liées. Ce qui est clair c'est que moi je fonctionne comme si la vitesse de 40 km/h était déjà en vigueur, et j'ai demandé à mes équipes de finaliser les plans déploiement.»

Depuis le début de sa croisade pour obtenir une vitesse par défaut dans le but de diminuer le nombre d'accidents, M. Lavallée a toujours soutenu qu'il était impensable de remplacer toutes les pancartes de limite de vitesse à Montréal. À l'instar de l'interdiction de virer à droite sur un feu rouge, l'administration Tremblay voudrait pouvoir faire passer un seul message, grâce à quelques milliers de panneaux, aux Montréalais et visiteurs de la région métropolitaine.

Au cabinet de la ministre Boulet, l'attaché de presse, Sylvain Leclerc, a confirmé à La Presse que le projet avait été approuvé.

«Le comité exécutif doit maintenant soumettre le projet aux élus des arrondissements et aux villes liées, a ajouté M. Leclerc. Je laisse donc le soin à la Ville de Montréal de dévoiler les détails de la mise en place, probablement d'ici quelques semaines.»

À Montréal, l'arrondissement de LaSalle fonctionne depuis déjà plus d'un an avec des pointes maximales de 40 km/h sur une portion de 175 km de routes. Des secteurs de Notre-Dame-Côte-des-Neiges et d'Outremont ont aussi fait abaisser la vitesse sur certains tronçons à haut risque.