(Sherbrooke) Le climat de travail qui prévaut au Service de police de Sherbrooke semble indisposer un bon nombre de ses agents de police.

La Presse Canadienne

Le président de l’Association des policiers et policières de la Ville de Sherbrooke (APPS), Éric B. Beaudoin, affirme dans une déclaration publique que l’état du climat de travail au sein du Service est actuellement désastreux. Il signale que les policiers subissent un manque total d’ouverture de la part de la direction et des ressources humaines du SPS pour discuter des conditions de travail et de ce que les policiers ressentent.

Il affirme que des policiers sont forcés de travailler en temps supplémentaire et que la conciliation travail-famille est problématique.

M. Beaudoin affirme que le Service de police de Sherbrooke souffre à la fois d’un manque de rétention du personnel et de difficultés de recrutement. Il blâme une perte de sentiment d’appartenance au Service.

L’Association demande l’intervention du maire de Sherbrooke, Steve Lussier, et de la présidente du comité de la Sécurité publique, Danielle Berthold.