(Québec) Le gouvernement du Québec veut payer une partie du troisième lien avec des fonds dédiés au transport collectif, puisque le tunnel de plusieurs milliards entre Québec et Lévis doit accueillir des autobus.

Gabriel Béland Gabriel Béland
La Presse

Le président du Conseil du trésor, Christian Dubé, l'a affirmé mercredi matin. Le gouvernement s’est engagé à terme à investir autant d’argent dans le réseau routier que dans les projets de transports en commun.

Pour y arriver, Québec entend comptabiliser une partie des fonds injectés dans le troisième lien comme une dépense en transport collectif.

La moitié du prix du tunnel sera puisée dans l'enveloppe du transport collectif, a dit M. Dubé. Plus tard en journée, questionné par les journalistes, l'élu a plutôt laissé entendre que ce ne serait peut-être pas la moitié et que la proportion serait établie plus tard.

Rappelons que le gouvernement n’a toujours pas annoncé le coût estimé du projet. Il privilégie désormais un tracé entre les centres-villes des deux villes.

Québec a toutefois donné quelques détails sur l’offre de transport collectif : des autobus doivent circuler entre Québec et Lévis par le tunnel, et les utilisateurs pourront descendre dans des stations aménagées dans le Vieux et le centre-ville de Québec.

La suggestion de payer le troisième lien à moitié avec l’argent dédié au transport collectif chicote Étienne Grandmont, directeur général du groupe Accès transports viables.

« Si c’est juste des voies réservées, trois heures en heure de pointe le matin, trois heures le soir, est-ce que ça représente la moitié du projet ? », se demande-t-il.

« Si la moitié de leur budget vient du transport collectif, est-ce que la moitié des utilisateurs seront en transport collectif ? On ne sait pas. Il doit y avoir une espèce de corrélation. »

De son côté, le co-porte-parole de Québec solidaire Gabriel Nadeau-Dubois a dénoncé sur les réseaux sociaux cette manière de faire. « Si c'est le cas M. François Legault vous savez ce que c'est, utiliser l'argent du transport collectif pour financer la construction du troisième lien? C'est du détournement de fonds.»

Le député péquiste Joël Arseneau prétend quant à lui que cette manoeuvre démontre que «le budget 2020 n'est pas vert». «Quelques autobus dans le tunnel et hop: un projet vert! On se moque des Québécois», s'est indigné l'élu sur les réseaux sociaux.

Ottawa invité à payer 40 %

Ottawa sera aussi sollicité par Québec. Le ministre des Transports a expliqué mercredi avoir rencontré deux ministres du gouvernement Trudeau il y a deux semaines pour leur parler du troisième lien.

« J’ai rencontré Catherine McKenna et Jean-Yves Duclos à Ottawa voilà deux semaines déjà, a expliqué François Bonnardel. Je leur ai présenté la carte du nouveau tracé, je leur ai mentionné à quel point on était sérieux dans notre démarche, à quel point la place du transport collectif est importante dans le nouveau tracé. »

PHOTO ROBERT SKINNER, ARCHIVES LA PRESSE

François Bonnardel

La discussion a porté sur le financement. « Si on regarde les projets au Québec d’habitude le fédéral finance 40 %, je m’attends donc à aller chercher un financement de 40 %  », a précisé M. Bonnardel.

Sans ce financement fédéral, le ministre des Transports a laissé entendre que le tunnel pourrait être assorti d’un péage.

Dans une déclaration écrite, le président du Conseil du trésor fédéral, Jean-Yves Duclos, a rappelé qu’une demande formelle et chiffrée n’avait pas encore été faite à Ottawa.

« En ce qui concerne le projet de troisième lien, nous évaluerons le projet avec grande attention lorsqu’il sera officiellement déposé par le gouvernement du Québec, a écrit le député fédéral de Québec. À l’heure actuelle, nous n’avons pas assez d’informations pour prendre une décision. »