(Val-d’Or) Une dizaine de membres de la communauté anishinabeg de Kitcisakik, située à une centaine de kilomètres au sud de Val-d’Or, ont érigé un barrage tôt lundi matin, pour manifester contre les compagnies forestières.

Michel Ducas, Initiative de journalisme local
La Presse Canadienne

Les manifestants bloquent l’accès aux chemins forestiers du secteur pour les travailleurs à la hauteur de la rivière Whisky, 25 km au sud de la communauté.

Les Algonquins de Kitcisakik dénoncent le fait que les compagnies forestières ne respectent pas leurs lignes de trappe. « On est ici sur le barrage pour se faire respecter, a dit l’une des manifestantes, Mary-Jane Brazeau, sur une vidéo diffusée sur Facebook. Ils ont aussi brisé des abris de trappage en construisant des chemins forestiers. »

L’ancienne cheffe de Kitcisakik, Adrienne Anichinapeo, fait aussi partie des manifestants. « On est envahis sur notre propre territoire. On veut faire respecter nos droits », dit-elle.

Le chef actuel, Régis Penosway, a précisé que les manifestations ont commencé dimanche. « On va rester là tant et aussi longtemps que la compagnie (Louisiana Pacific) n’acceptera pas de nous rencontrer, a-t-il déclaré. Quand on signe une entente, on veut que ce soit respecté, et ce n’est pas le cas ici. »

Du côté politique, pas de nouvelles, indique le chef de Kitcisakik. « On attend des réponses du député (Pierre Dufour, également ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs), dit-il. Entretemps, aucune coupe de bois ne se fera ici. Les travailleurs qui se sont présentés au barrage ce matin sont repartis. »