(Asbestos) Les autorités de la Ville d’Asbestos ignorent encore à quel moment elles pourront inviter la population à participer à un vote consultatif sur le changement de nom de la municipalité de l’Estrie.

La Presse canadienne

La pandémie de COVID-19 a modifié l’échéancier initialement prévu ; le vote devait avoir lieu en avril dernier.

La municipalité discute avec le ministère des Affaires municipales et de l’Habitation afin de connaître les possibilités qui s’offrent à elle concernant le moment et les modalités de la tenue de son vote consultatif.

Le maire d’Asbestos, Hugues Grimard, rappelle que les citoyens seront invités à se prononcer lors d’un scrutin de type préférentiel sur une courte liste de noms proposés par le conseil municipal. Ils devront classer les suggestions par ordre de préférence.

Les noms retenus seront dévoilés en même temps que l’annonce de la tenue du vote, environ un mois avant que les gens puissent se prononcer.

Le 27 novembre dernier, le conseil municipal d’Asbestos a annoncé le lancement du processus de changement de nom à la suite de réflexions sur l’avenir économique de la ville. Asbestos veut se défaire de la connotation négative de son nom qui signifie amiante, en anglais.

Fondée vers la fin du XIXe siècle autour de la mine Jeffrey, la ville a aidé à faire du Canada l’une des leaders mondiaux en exportation d’amiante. Pendant des décennies, l’amiante a été utilisée dans la fabrication de nombreux matériaux, mais maintenant, elle est bannie dans de nombreux États à travers le monde en raison des risques qu’elle pose à la santé humaine.

La mine Jeffrey a été fermée en 2012.

Le coût de la démarche de changement de nom a été évalué par la Ville d’Asbestos à environ 100 000 $.