La capitale a un problème sur ses routes. Les préjugés négatifs envers les cyclistes et les piétons perdurent, reconnaît la Ville de Québec elle-même, qui s’apprête à lancer une vaste campagne publicitaire pour changer les mentalités.

Gabriel Béland Gabriel Béland
La Presse

Cet aveu se retrouve dans un appel d’offres publié mercredi par Québec. La Ville veut trouver une agence capable de produire une campagne de sensibilisation pour le printemps 2020. L’un des objectifs ? Réduire les préjugés entre usagers de la route.

La Ville précise que la campagne, estimée à 1,9 million de dollars, vise tous les usagers. Pourtant, quand elle précise les préjugés que les publicités devront combattre, elle vise clairement les automobilistes.

La Ville donne seulement trois exemples de « mentalités préconçues à Québec » qui doivent changer :

• « Les cyclistes n’ont pas leur place sur le réseau routier. »

• « Les rues sont conçues pour les automobilistes, tous les autres devraient respecter les automobilistes et se conformer à leur réalité. »

• « Les piétons traversent n’importe où, n’importe comment. Ils sont dangereux. »

Le président de la Table de concertation vélo des conseils de quartier de Québec, Martial Van Neste, constate que les préjugés à l’endroit des cyclistes persistent.

On le vit à Québec. Moi, je suis cycliste quatre saisons et on la vit, cette perception qui veut que les cyclistes n’aient pas leur place.

Martial Van Neste

Mercredi, par exemple, un cycliste de Québec a relaté sur Facebook un incident qu’il venait de vivre le jour même à Sainte-Foy. Florent Dery a raconté qu’un automobiliste agressif l’avait suivi sur plusieurs centaines de mètres de très près, moins de deux mètres. Il accélérait pour l’effrayer et l’a copieusement insulté. Il refusait de le doubler à des endroits où il aurait facilement pu le faire. « Je roulais autour de 35-40 km/h. Si je tombais, il m’écrasait. »

Les cyclistes de la capitale dénoncent souvent un climat hostile. Au moins un animateur de radio a déjà suggéré à ses auditeurs, en 2011, de klaxonner les cyclistes qu’ils croisent en hiver.

L’animateur André Arthur avait quant à lui déclaré en ondes, en mars 2017 : « Aujourd’hui, quelqu’un en bicycle, là, frappez-le, soulagez-le, faites quelque chose. » M. Arthur avait été blâmé par le Conseil de presse du Québec et le Conseil canadien des normes de la radiotélévision pour ces propos.

L’administration municipale se dit optimiste. « À la fin de la campagne de communication en 2024, les préjugés qu’ont les usagers de la route envers les autres auront diminué de manière significative », peut-on lire dans l’appel d’offres.

D’autres mesures réclamées

Martial Van Neste croit quant à lui que Québec doit aller plus loin, notamment en aménageant de meilleures infrastructures pour les cyclistes.

« Il ne faut pas seulement de la sensibilisation. Il faut des aménagements. On rencontre la Ville pour qu’à Québec il y ait de grands axes, explique-t-il. Avec le réseau structurant, ils vont ouvrir les rues. Alors pourquoi ne pas aménager des pistes cyclables hors routes protégées ? »

On veut un réseau cyclable structurant. C’est notre cheval de bataille.

Martial Van Neste

Le vélo traîne la patte dans la capitale. Selon l’enquête origine-destination 2017, la part modale du vélo était de 1,4 % dans l’agglomération de Québec, contre 2,5 % à Montréal.

Ces publicités chercheront aussi à mieux protéger les piétons. « À la fin de la campagne en 2024 […] les automobilistes s’immobiliseront devant un piéton qui souhaite traverser la rue », prédit sur un ton optimiste l’appel d’offres.

La campagne publicitaire s’inscrit dans la Stratégie de sécurité routière 2020-2024. Cette stratégie vise à éliminer toute collision grave ou mortelle autour des écoles, et à les réduire de moitié sur l’ensemble de son territoire.

La Ville de Québec ne va pas se limiter à de la sensibilisation. Les limites de vitesse seront par exemple réduites à 30 ou 40 km/h dans les zones résidentielles.