(Québec) Le gouvernement de François Legault n’exclut plus la présence d’un péage sur le troisième lien, un tunnel d’une dizaine de kilomètres entre Québec et Lévis qui va coûter des milliards de dollars.

Gabriel Béland Gabriel Béland
La Presse

Le ministre des Transports l’a confirmé mardi, ajoutant que ce n’était pas le scénario qu’il privilégiait. Pourtant, François Bonnardel avait nié catégoriquement en juin dernier la possibilité de faire payer les automobilistes qui empruntent le troisième lien.

Ce changement de cap s’explique selon lui parce que son ministère veut évaluer toutes les options de financement possibles.

« La participation du fédéral, la Banque des Infrastructures du Canada, de voir si le fédéral allait lever la main à savoir si on est capables d’obtenir du financement, a-t-il expliqué mardi. Si ce n’est pas le cas, il va falloir évaluer les options de PPP. C’est un travail en amont important. »

PHOTO JACQUES BOISSINOT, LA PRESSE CANADIENNE

François Bonnardel

Le gouvernement Legault constate que le fédéral s’est montré « frileux » devant le projet de troisième lien, dont on ignore encore les coûts. « Je ne peux pas évaluer le coût pour l’instant, on n’en est pas là », a dit M. Bonnardel.

Mardi, le ministre n’a pas voulu dire clairement qu’il y aurait un péage si Ottawa refusait d’aider à payer l’ouvrage qui s’annonce être un défi d’ingénierie. M. Bonnardel a toutefois envoyé un signal clair aux partis fédéraux qui se préparent pour la campagne électorale. « Je m’attends que le fédéral soit présent pour le financement de ce tunnel Québec-Lévis », a lâché le ministre.

Les libéraux exigent des réponses

Les réponses du gouvernement Legault ne font pas l’affaire de l’opposition officielle à Québec. Les libéraux ont demandé formellement mardi à la Commission des transports et de l’environnement d’entendre le directeur du bureau de projet du tunnel Québec-Lévis, M. Frédéric Pellerin.

« Les Québécois ont le droit de savoir combien ça va coûter. Le gouvernement doit laisser le bureau de projet transmettre à la population toute l’information liée à ce projet. Nous parlons d’un projet de plusieurs milliards de dollars », a expliqué porte-parole libéral en matière de transports, Gaétan Barrette.

Très peu d’informations ont filtré sur le mégaprojet cher aux caquistes, déplore M. Barrette.

« Sur quelles données se base le ministre des Transports pour annoncer que le tracé du troisième lien sera à l’Est ? À quoi sert un bureau de projet si l’on ne peut pas avoir accès à l’information ? Le gouvernement doit faire preuve de transparence et présenter les informations cumulées jusqu’à présent. »