Source ID:11a047595c2438b2b549c1145163db2c; App Source:StoryBuilder
Exclusif

La nation huronne-wendate craint l'extinction

Une proportion importante des 4200 Hurons-Wendats sont en couple... (PHOTO DAVID BOILY, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Une proportion importante des 4200 Hurons-Wendats sont en couple avec des allochtones, puisque la communauté de Wendake est située en banlieue de Québec.

PHOTO DAVID BOILY, ARCHIVES LA PRESSE

(QUÉBEC) Les Hurons-Wendats songent à créer leur propre citoyenneté afin de freiner la « perte démographique » qui affecte la communauté.

Si rien n'est fait, la nation huronne-wendate risque de voir sa population chuter de manière importante au cours des prochaines décennies, au point de menacer la pérennité même de cette communauté enclavée dans un quartier de la périphérie de Québec.

Inquiet, le grand-chef vient tout juste de mandater un démographe de l'Université Laval pour produire un rapport sur l'évolution démographique des Hurons-Wendats et « identifier les solutions appropriées pour la pérennité de la nation ».

Pour contrer ce phénomène, les Hurons-Wendats envisagent de créer une citoyenneté qui leur soit propre, comme d'autres Premières Nations l'ont déjà fait, pour ne plus être menottés par les dispositions de la Loi sur les Indiens qui régissent la filiation par le sang.

« Les gens le voient : il y a une perte démographique de plus en plus lourde. On va le sentir encore plus avec les années à venir si rien n'est fait », explique en entrevue le grand chef Konrad Sioui.

La Loi sur les Indiens prévoit des règles très strictes pour la transmission du statut d'Indien à ses descendants*. Pour faire simple, cette loi empêche la transmission du statut après deux générations d'union mixte (Indien/non-Indien).

Prenons par exemple un garçon né de deux parents wendats. Celui-ci sera considéré par la Loi sur les Indiens comme un « Indien 6 (1) ». S'il a des enfants avec une allochtone (non-autochtone), les enfants auront le statut d'Indien, mais seront considérés comme des « 6 (2) ». Les enfants issus de l'union entre autochtone 6 (2) et allochtone perdent le statut d'Indien à jamais.

Une proportion importante des 4200 Hurons-Wendats sont en couple avec des allochtones, puisque la communauté de Wendake est située en banlieue de Québec. « L'amour n'a pas de race ! », lâche Konrad Sioui.

« C'est une société ouverte. On est dans les affaires, on a une économie forte, on fait des alliances, et nécessairement, ça fait des rencontres. C'est la nature qui parle. »

- Konrad Sioui, grand chef de la Nation huronne-wendat

Konrad Sioui, grand chef de la nation huronne-wendat... (PHOTO YAN DOUBLET, ARCHIVES LE SOLEIL) - image 3.0

Agrandir

Konrad Sioui, grand chef de la nation huronne-wendat

PHOTO YAN DOUBLET, ARCHIVES LE SOLEIL

La multiplication de ces unions exogames menace donc de priver de statut des descendants de Hurons-Wendats dans les prochaines années. « Au rythme où vont les choses, on va voir les effets d'ici une génération... Beaucoup, beaucoup, beaucoup de familles sont affectées par la perte de statut », avance Konrad Sioui.

Les Hurons se sont entendus la semaine dernière avec le démographe Richard Marcoux, professeur titulaire à l'Université Laval, pour produire un rapport d'ici un an.

Même si sa recherche n'est pas encore commencée, le professeur Marcoux indique qu'il est évident que le nombre de Hurons-Wendats titulaires du statut d'Indien est appelé à connaître une baisse dans les prochaines décennies.

« La Nation huronne-wendat vit en milieu très urbain, avec une exposition à l'exogamie très, très forte, mais en même temps avec une fécondité autour de 1,5, 1,6 enfant par famille, semblable à celle des autres Québécois », explique le démographe.

« Alors c'est mathématique, on a une communauté qui risque de s'effriter. Et c'est pour ça que les Hurons-Wendats ont commencé à réfléchir. »

Une citoyenneté wendate ?

Pour contrer ce phénomène de déclin, les Hurons-Wendats envisagent de se doter de leur propre code d'appartenance nationale, avec des droits et des responsabilités. Un comité sur cette question a été créé et le grand chef Sioui évoque la possibilité d'un référendum.

Selon un scénario, des descendants pourraient être reconnus comme Hurons-Wendats par la communauté, et ce, même s'ils perdaient le statut d'Indien octroyé par le gouvernement fédéral. La communauté pourrait décider de leur accorder le droit de vote, par exemple.

Ce débat, qui semble de plus en plus inévitable à Wendake, « sera très émotif », admet la chef Line Gros-Louis. La question de l'identité est sensible, dit-elle. « Il faudra écouter tout le monde, les deux côtés. »

« Moi, si mes petits-enfants n'ont pas d'enfants avec des membres des Premières Nations, c'est fini », explique Mme Gros-Louis.

« Je trouve ça dommage, parce que ça ne voudra pas dire que ces enfants-là ne seront pas élevés dans leur culture, qu'on ne les amènera pas à la chasse, qu'ils ne seront pas Hurons-Wendats dans leur coeur. »

- Line Gros-Louis, chef familial

Les Hurons-Wendats ne sont pas les seuls membres des Premières Nations aux prises avec cet important problème démographique. L'analyste Stewart Clatworthy, une sommité au Canada en matière de démographie autochtone, note que 80 communautés au pays ont des taux de mariages exogames supérieurs à 80 %, dont Wendake.

« Les Premières Nations ont la capacité selon la Loi de créer leurs propres règles pour définir leurs membres, explique-t-il en entrevue. Par contre, ça ne résout pas le problème de la perte des bénéfices prévus par la Loi sur les Indiens. Mais ça règle la question de l'appartenance à la communauté et celle des droits politiques. »

Compte à rebours

Dans une analyse de la situation des Abénakis d'Odanak et de Wôlinak, Stewart Clatworthy avait estimé que d'ici 100 ans, aucun nouvel enfant ne naîtrait dans ces communautés avec le droit au statut selon la Loi sur les Indiens.

Les Abénakis d'Odanak se sont d'ailleurs dotés d'un code de citoyenneté en 2002 entre autres pour répondre à cet enjeu, explique le directeur général du Conseil des Abénakis d'Odanak, Daniel G. Nolett. « Il fallait freiner cette fin de vie de la nation, il fallait continuer la nation, dit-il. Même si un jour il n'y aura peut-être plus de membres [avec statut]. »

Le professeur Richard Marcoux, qui a déjà travaillé avec les Hurons-Wendats dans le passé, se souvient que la question de la perte de statut inquiétait déjà l'ancien chef Max Gros-Louis.

« Max Gros-Louis me disait : "Avant une activité, je n'ai pas envie de dire à tel enfant de monter dans l'autobus et à l'autre de ne pas monter dans l'autobus." Ce sont des questions très difficiles. »

*Le terme « indien » est utilisé car il réfère au statut légal prévu par la Loi sur les Indiens.




La liste:-1:liste; la boite:2099152:box; tpl:html.tpl:file
la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer