Source ID:39e3f739be8a3cc88bfc9a86f47ff085; App Source:StoryBuilder

Saint-Cuthbert: vie et mort d'une maison patrimoniale

André Lauzon et sa femme ont élevé leurs quatre... (PHOTO TIRÉE DE L'INVENTAIRE DE LA MRC DE D'AUTRAY)

Agrandir

André Lauzon et sa femme ont élevé leurs quatre enfants dans cette maison de Saint-Cuthbert.

PHOTO TIRÉE DE L'INVENTAIRE DE LA MRC DE D'AUTRAY

Des dizaines et même des centaines de maisons ancestrales tombent sous le pic des démolisseurs chaque année au Québec. Plusieurs d'entre elles ont une valeur patrimoniale. Comment cela est-il possible ? Voici l'histoire d'une coquette maison de Saint-Cuthbert, détruite en toute légalité.

Sur la photo qui accompagne cet article, l'ancienne maison d'André Lauzon a un charme fou. La coquette habitation bâtie par un cultivateur en 1890 est ornementée de boiseries, munie d'une superbe porte à imposte et d'une grande galerie en pin.

C'est une belle maison patrimoniale. Ou plutôt, c'était une belle maison patrimoniale. La maison n'existe plus. Elle a été démolie dans le silence le plus complet et en toute légalité, comme des dizaines d'autres chaque année au Québec, même si des experts en conservation recommandaient sa protection.

L'ancienne demeure d'André Lauzon, une belle maison patrimoniale,... (PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, ARCHIVES LA PRESSE) - image 2.0

Agrandir

L'ancienne demeure d'André Lauzon, une belle maison patrimoniale, a été démolie dans le silence le plus complet et en toute légalité.

PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, ARCHIVES LA PRESSE

L'histoire de cette demeure de Saint-Cuthbert, près de Joliette, illustre bien la difficulté de préserver ces maisons traditionnelles québécoises. Les municipalités sont souvent déchirées entre la volonté de protéger le patrimoine et le désir de certains propriétaires de raser des maisons coûteuses à entretenir.

La maison de Saint-Cuthbert, André Lauzon et sa femme l'avaient achetée en 1987 de la succession directe de l'agriculteur qui l'avait bâtie en 1890. C'était une belle maison de bois que M. Lauzon explique avoir entretenue avec soin.

Le couple y a élevé ses quatre enfants. Il a vécu entre ces quatre murs de bois pendant 30 ans, avant de déménager en 2017. Il a vendu la vieille maison au voisin immédiat.

Puis, l'automne passé, M. Lauzon a reçu un texto. Son gendre, qui passait par Saint-Cuthbert, lui envoyait une photo, celle d'un tas de planches là où naguère s'élevait la belle maison.

« J'ai attendu la bonne occasion pour le dire à ma femme. Je savais que ça lui briserait le coeur. Dans une maison, tu as beaucoup de bons souvenirs. Pour les enfants, c'est tous les souvenirs d'enfance qui sont partis. »

- André Lauzon

« C'est une ancestrale, d'autres ont vécu là avant toi, toi tu vis là et après, tu espères que d'autres vont continuer et maintenir son cachet, dit-il. Mais ça n'a pas été le cas. »

L'homme de 61 ans n'en veut pas à son ancien voisin. Il se demande toutefois comment les lois québécoises permettent en toute légalité, et sans la moindre consultation, de dilapider le patrimoine architectural bâti par les ancêtres.

« C'est de valeur... Tu vas en Europe pour voir de vieilles résidences, de vieux quartiers, mais au Québec, on dirait qu'on n'a rien pour les protéger ! »

Dans le silence complet

Le cas de la maison de Saint-Cuthbert démolie à l'automne 2018 n'est pas unique. Combien de maisons ancestrales sont détruites chaque année au Québec ? L'État ne compile aucune statistique officielle.

Selon l'ingénieur à la retraite Yves Lacourcière, qui a publié récemment un livre sur la question, 3000 bâtiments anciens sont démolis chaque année au Québec.

Yves Lacourcière... (PHOTO ALICE CHICHE, ARCHIVES LA PRESSE) - image 3.0

Agrandir

Yves Lacourcière

PHOTO ALICE CHICHE, ARCHIVES LA PRESSE

La destruction de certains édifices dignes d'intérêt fait parfois la manchette. Les médias ont par exemple rapporté la volonté d'un entrepreneur de détruire le monastère de Berthierville. Québec a fait cesser les travaux et étudie les moyens de le protéger.

Mais les vieilles maisons qui ne font pas partie du patrimoine religieux ou qui n'ont pas appartenu à des personnages historiques sont souvent démolies dans le silence le plus complet.

À Saint-Cuthbert, l'ancienne maison d'André Lauzon a été détruite très simplement : le nouveau propriétaire a demandé un permis de démolition, citant des coûts de chauffage et d'entretien très élevés. La municipalité le lui a accordé. Le nouveau propriétaire veut maintenant rebâtir une maison neuve là où se trouvait l'ancienne.

La maison avait pourtant une valeur patrimoniale, selon des experts chargés par la MRC de D'Autray de dresser un inventaire sur tout son territoire. L'édifice de « type vernaculaire américain » était en très bon état et avait une valeur patrimoniale supérieure, ont noté les experts, qui invitaient Saint-Cuthbert à le protéger.

L'ancienne maison d'André Lauzon, bâtie par un cultivateur... (PHOTO TIRÉE DE L'INVENTAIRE DE LA MRC DE D'AUTRAY) - image 4.0

Agrandir

L'ancienne maison d'André Lauzon, bâtie par un cultivateur en 1890, était ornementée de boiseries, munie d'une superbe porte à imposte et d'une grande galerie en pin.

PHOTO TIRÉE DE L'INVENTAIRE DE LA MRC DE D'AUTRAY

Pourquoi ne pas l'avoir fait ? La Loi sur le patrimoine culturel prévoit deux grands moyens de protection : Québec peut « classer » des bâtiments, les municipalités peuvent les « citer ».

Une loi peu utilisée

En entrevue, le maire de Saint-Cuthbert explique que les élus sont réticents à citer des bâtiments. Le faire reviendrait à menotter les propriétaires, qui se retrouveraient devant l'obligation légale de préserver leur maison ancestrale.

« Il y a eu des maisons identifiées dans la municipalité. Mais quand une maison est très coûteuse à rénover, le conseil municipal est un peu mal à l'aise d'adopter une réglementation qui obligerait les propriétaires à rénover », explique Bruno Vadnais.

Le maire raconte qu'il travaille fort pour préserver l'église du village, un projet de 3 millions. « L'église, c'est le coeur du village », dit-il.

« Pour ce qui est des maisons, on a souvent discuté de cet aspect-là. De quelle façon on va être capable de protéger et de réglementer pour obliger les gens à conserver leurs résidences... c'est un peu délicat. »

- Bruno Vadnais, maire de Saint-Cuthbert

Il le dit d'emblée : la loi n'est tout simplement pas utilisée par sa municipalité pour citer des maisons anciennes.

C'est vrai pour bien des municipalités au Québec. En 2018, 27 lieux ou objets ont été cités par des municipalités, dont une croix, plusieurs églises, d'anciens presbytères... Seule une maison a été citée, à Gatineau.

Sans consultation

La MRC de D'Autray a fait réaliser en 2013 l'inventaire patrimonial de son territoire. La firme embauchée a conclu que le monastère de Berthierville, l'ancienne maison d'André Lauzon et des dizaines d'autres bâtiments devaient être protégés.

Le monastère de Berthierville, dans Lanaudière... (PHOTO ANDRÉ PICHETTE, ARCHIVES LA PRESSE) - image 5.0

Agrandir

Le monastère de Berthierville, dans Lanaudière

PHOTO ANDRÉ PICHETTE, ARCHIVES LA PRESSE

Or, selon la MRC, seuls deux ouvrages ont été cités par les 15 municipalités de son territoire depuis six ans, un pont couvert et un presbytère. Aucune maison ne l'a été.

La MRC n'est même pas avisée lorsqu'un avis de démolition touche une maison d'intérêt patrimonial. La destruction se fait sans consultation, sans discussion et loin des caméras.

Et Québec ne fait guère mieux. En 2018, le ministère de la Culture et des Communications n'a classé aucune nouvelle maison, selon les données publiées sur son site internet.

L'organisme Action patrimoine constate que les maisons ancestrales sont peu protégées à l'heure actuelle au Québec. « Ce qu'on déplore, c'est le manque de protection au niveau municipal pour le patrimoine, explique la directrice générale de l'organisme, Renée Genest. L'inventaire est très bien détaillé, avec des recommandations faites par des spécialistes. On demande aux municipalités de suivre les recommandations et d'y aller de citations. »

« Pour citer un bâtiment ou un site du patrimoine, la municipalité doit faire beaucoup de sensibilisation auprès de la population pour montrer que ce n'est pas un frein à la propriété, mais une manière de mettre en valeur et de protéger », dit-elle.

Mais si la municipalité n'a pas l'énergie, les ressources, ou même tout simplement l'intérêt de faire ces démarches ? Alors les demeures ancestrales sont détruites.

André Lauzon essaie « de se détacher » de la destruction de son ancienne maison. Ce n'est que du matériel, diront certains. Mais ce serait un peu court. C'est aussi du patrimoine. « On dirait qu'on n'a pas de réflexion au Québec, en tant que société, sur ce qu'on fait de notre patrimoine au fil des ans, lance M. Lauzon. Je trouve ça un peu triste. »




la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer