La propriétaire du Manoir du Lac, une résidence pour personnes âgées de plus de 25 chambres, intente une poursuite contre la ville de Sainte-Marthe-sur-le-Lac en raison de sa gestion «fautive» de la digue visant à prévenir les inondations. La somme demandée excède le million et demi de dollars.

Raphael Pirro Raphael Pirro
La Presse

Céline Rhéaume, propriétaire du Manoir du Lac, soutient dans sa poursuite que l’inondation survenue le 27 avril dernier a causé des dommages substantiels à son entreprise. Ces dommages seraient tels qu’il reste encore à déterminer si l’édifice, situé sur la 17e avenue à Sainte-Marthe-sur-le-Lac, est une «perte totale» ou s’il pourrait être sauvé par des travaux majeurs.

Dans le document de poursuite dont La Presse a obtenu copie, Mme Rhéaume reproche notamment à la Ville d’avoir négligé d’entreprendre des travaux de réfection de la digue, malgré la fragilisation de celle-ci lors des crues importantes de 2009 et de 2017. La Ville a préféré installer 65 000 sacs de sable pour rehausser le niveau de la digue.

ROBERT SKINNER, LA PRESSE

Une nouvelle digue a été construite à Sainte-Marthe-sur-le-Lac quelque six mois après le drame du printemps.

«Les dommages subis par [Mme Rhéaume et son entreprise] sont la conséquence d’omissions opérationnelles et du non-respect du principe de précaution par les défendeurs», est-il écrit.

Le Manoir du Lac est située aux abords du lac des Deux-Montagnes, où se trouve une partie de la digue servant à protéger les bâtiments des inondations provoquées par un débordement du lit du lac. Sainte-Marthe-sur-le-lac est responsable de la portion de la digue qui se trouve en son territoire.